Le court-métrage de Bastien Dubois sur le Famadihana accumule décidemment festivals et récompenses. En effet, à quelques jours d’être présenté, jeudi 19 août, au Festival international du film insulaire de l’île de Groix (France), il vient de rafler le Grand Prix de la compétition de courts métrages du 17e Festival du film de Lama (Corse, France, du 31 juillet au 6 août 2010). Ce prix – d’une valeur de 1 500 euros – lui a été attribué par un jury composé par la comédienne Catherine Frot, Nicole Delaunay, responsable de l’exploitation au Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), le comédien François Vincentelli et Jean-Michel Lorenzi, directeur de la distribution chez IUP France.

Cela n’était pas la première récompense que ce film d’animation, pourtant très récent (il est sorti en 2009) recevait. Il a en effet déjà été primé dans des festivals aux quatre coins du monde : Ours d’or et trophée du maire d’Ebensee pour le film le plus innovant au Festival des Nations d’Ebensee 2010 (Allemagne), prix Coup2pouce de la nuit animée au Festival Anima du dessin animé et du film d’animation de Bruxelles 2010 (Belgique), mention d’honneur RTP2 au Festival international du court métrage de Vila do Conde 2010 (Portugal), Mention spéciale au Sicaf, festival du film d’animation de Séoul (Corée du Sud), mention spéciale du jury et Prix RTP2 Onda Curta au Festival international du film d’animation d’Espinho (Cinanima) 2009 (Portugal), ou encore Grand prix du film de commande, Meilleure animation adulte pour la télévision et Prix du public au Festival international d’animation d’Ottawa 2009 (Canada).

 

Et ce palmarès, déjà impressionnant, ne devrait pas s’arrêter là, puisque le film a encore pour l’été un impressionnant calendrier de festivals où il doit être présenté : de Mumbai, en Inde, à l’Egypte, en passant par la Russie, Seattle, la Belgique, l’Italie et la Lituanie, sans compter d’innombrables manifestations en France, à Toulouse, Rennes, Paris ou encore Angoulême.

On l’aura compris, Bastien Dubois a réalisé un véritable prodige en contant les festivités du Famadihana sous la forme d’un carnet de voyage dont les pages et les dessins s’animent.

Extrait Madagascar Tribune – mercredi 18 août 2010