Madagascar  figure parmi les 21 pays africains bénéficiaires du projet « Africa rice » financé par le Peuple Japonais. Ce projet a pour objectif de contribuer d’une manière effective à améliorer la production de riz afin de parvenir à une autosuffisance ou du moins, de réduire les importations de riz.

Pour Madagascar , la région d’Amoron’i Mania a été choisie pour la mise en œuvre de ce projet « Africa rice » pour promouvoir le riz pluvial (vary an-tanety). Pour ce faire 45 tonnes de semences de riz pluvial seront distribuées à 5000 foyers les plus défavorisés. Ces foyers seront encadrés et recevront des formations, pour qu’ils puissent l’année prochaine eux aussi produire pour l’ensemble 30 tonnes de semences de riz pluvial de qualité en vue de les multiplier. Nos centres semenciers n’étant pour l’heure pas en mesure de satisfaire aux besoins des producteurs dans toute l’île. Le choix de la région d’Amoron’i Mania par les responsables a été tout indiqué dans la mesure où cette région dispose de vastes superficies pour les cultures pluviales qui ne sont pas encore effectués d’une manière rationnelle à cause de l’insécurité dans les campagnes. Un moyen d’augmenter la production de riz dans cette région par une augmentation des superficies cultivées en « tanety ».
Mise en œuvre
La mise en œuvre de ce projet au niveau de certains foyers rencontre déjà des problèmes, nonobstant l’appui des techniciens dont les domaines ne sont pas encore très clairs, ont évoqué ces bénéficiaires. Notamment au niveau des moyens à mettre en œuvre. Des moyens qui ne sont pas à la portée de ces foyers les plus démunis. Si ces familles disposent des semences de qualité, leurs souhaits sont également de disposer des engrais, des petits matériels appropriés. Il ya des terres trop rudes qui ne peuvent être travaillées qu’avec des charrues, voire des motoculteurs sous peine de ne pas respecter le calendrier cultural. Des moyens qui ne sont pas à la portée de ces foyers. Des problèmes qui en appellent à des réponses de la FO.FI.FA partenaire d’appui dans ce projet. Une occasion pour le C.S.A (Centre de Service Agricole) de faire ses preuves et de prouver son existence pour répondre aux besoins de ces producteurs pour qu’ils ne soient pas le ri…sée de ce projet  plein d’ambition qui est appelée à réussir pour lutter contre  la pauvreté.
Extrait Midi Madagasikara – Mardi 17 août 2010