Réfléchir sur une stratégie marketing globale pour la promotion touristique des îles de l’Océan Indien. C’était le principal ordre du jour de l’atelier sur le tourisme régional qui s’était tenu le 04 août dernier à la Réunion.  

Les professionnels du tourisme de la région de l’Océan Indien ont mis en place la base d’un tourisme régional fort et reconnu par les professionnels mondiaux du secteur. A l’issue de cet atelier, les participants, des présidents et ou directeurs d’offices nationaux et régionaux des îles de La Réunion, Madagascar, Maurice, Seychelles ainsi que le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie réunionnaise, ont convenu de véhiculer une nouvelle image de marque unique du tourisme indien océanique.

«Vanilla Islands», puisque c’est le nom que porte ce projet, mettra en valeur l’identité culturelle de chaque île, et se basera principalement sur l’accessibilité, la qualité, la solidarité et la compétitivité. Selon les explications obtenues auprès de l’Office national malgache du tourisme (Ontm), le plan adopté lors de cet atelier vise trois objectifs principaux. Premièrement, la redynamisation du tourisme dans la zone de l’Océan Indien en tant que destination unique et à part entière par le renforcement de l’attractivité des îles ; deuxièmement, la conquête d’une part de nouveau marché touristique en s’appuyant sur les forces et les attractions des îles ; et troisièmement, le développement d’une culture d’évaluation, soit un système de recherche et de veille performant qui soit capable de contribuer à la stratégie de marketing collective de chaque île.

Madagascar

Ce projet de promotion du tourisme régional dans la région de l’Océan Indien, la Grande Ile, à travers l’Office  national  du tourisme y réfléchissait déjà depuis quelques années. En effet, l’Ontm a toujours souhaité l’élaboration de produits combinés pour les îles de la région. Seulement, pour la nouvelle image de marque «Vanilla Islands», les responsables des îles sœurs émettent des réserves quant à l’intégration de Madagascar dans ce projet à cause bien évidemment de cette crise  politique.

Malgré cela, la partie  malgache  reste confiante du fait, d’une part, que lestouristes n’ont pas attendu la fin de la crise pour venir dans l’île et d’autre part, Madagascar  tient un rôle de premier ordre dans le développement de ce tourisme régional. «Madagascar a intérêt à soutenir ce plan du fait de sa position géographique, sa superficie, de son climat et de ses richesses touristique», conclut-on du côté de l’Ontm.

Extrait Midi Madagasikara – Jeudi 12 août 2010