Mauvaise nouvelle pour la biodiversité malgache. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) vient d’ajouter d’importantes zones de forêts tropicales de Madagascar sur la liste du patrimoine mondial en péril.

Primates et pauvres

La décision peut être lourde de conséquence pour Madagascar, à plusieurs titres. Tout d’abord, la Grande Ile perd énormément en potentiel touristique puisqu’elle entraîne une mauvaise publicité pour la destination Madagascar. Ensuite, de nombreuses opportunités de financements pourraient être perdues en raison de cette perte de la biodiversité unique de Madagascar. On parle déjà de la possibilité de perdre plus de 3,5 millions des fonds pour la sauvegarde de l’environnement de la Banque Mondiale. Tout cela à cause des effets destructeurs de la transition malgache qui n’en arrive,, malheureusement toujours pas à son terme. En effet, cet ajout de Madagascar sur la liste noire des conservateurs du patrimoine mondial provient en grande partie du trafic des bois de rose qui a pris une proportion inquiétante depuis la transition. « Nous sommes très préoccupés par l’exploitation illégale de bois précieux, en cours dans certaines parties de Madagascar qui a de graves répercussions sur les lémuriens menacés »  En faisant cette déclaration, Tim Badman, Directeur du Patrimoine Mondial à l’UICN pense surtout aux primates qui font la renommée de Madagascar et que la crise actuelle menace donc sérieusement.  Malheureusement il n’y pas que les primates que la crise actuelle menace gravement. Il y a aussi menace sur les pauvres de plus en plus nombreux depuis la transition.

Extrait Midi Madagasikara – Mercredi 4 août 2010