Après 5 ans d’intervention dans le domaine de l’eau, l’hygiène et l’assainissement dans la région d’Amoron’i Mania, le Projet H.I.P (Hygiène Improvement Project) financé par l’USAID a pris fin le 11 juin dernier. Une occasion pour Rudolph Thomas, directeur général de l’USAID/Madagascar de témoigner de sa satisfaction pour toutes les activités entreprises.

Impressionné

En marge de la cérémonie de clôture, à Anjoman’Ankona, le directeur général de l’USAID/Madagascar a effectué une descente dans le village d’Antsahalava, commune rurale d’Ambositra II, un site d’intervention du HIP. Cette visite a été mise à profit par ce haut responsable de l’USAID/Madagascar pour rencontrer les habitants et constater de visu le vécu du projet par les bénéficiaires et des efforts entrepris par les communautés. « Je suis bien impressionné par ce que j’ai vu », s’était exprimé Rudolph Thomas au terme de sa visite et de se rendre à l’évidence de l’importance du travail qui a été fait et qui touche la santé et la vie des habitants. Les communautés ont pris elles-mêmes des initiatives pour améliorer l’hygiène et l’assainissement, comme la construction des latrines. Aussi le directeur général de l’USAID/Madagascar s’est dit être très touché par la présence de deux petites filles jumelles en train de faire une démonstration de lavage des mains avec du savon. Ce haut fonctionnaire du Gouvernement des Etats-Unis d’en déduire que c’est exactement le message que désire faire passer le projet HIP. Pour consolider leurs efforts, les habitants d’Antsahalava ont demandé l’appui de l’USAID dans la construction d’un puit.

Impacts

A Anjoman’Ankona, le maire de faire remarquer que le projet HIP a donné des impacts bénéfiques à la population dans le domaine de l’eau (traitée), de l’hygiène et de l’assainissement à travers les diverses recommandations. Comme l’a précisé le docteur Odile, représentante du Projet HIP à Madagascar, le Projet n’est pas pour la mise en place d’infrastructures, mais aide les gens à changer de comportement pour la santé.

8 millions de dollars

Rudolph Thomas, dans de telles circonstances de réitérer que selon l’Assemblée Générale des Nations Unies, l’accès à l’eau potable demeure un problème majeur à l’échelle mondiale, du fait qu’environ 1,1 milliard de gens n’y ont pas accès. Cette année, le thème adopté par les Nations Unies est : « De l’eau propre pour un monde sain ».

Le représentant de l’USAID/Madagascar de rassurer que le gouvernement américain s’engage à soutenir la population malagasy dans ses efforts d’améliorer l’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement. Pour sauver des vies malagasy le gouvernement américain a investi dans le secteur santé pour cette année, plus de 38 millions de dollars dont presque 8 millions de dollars pour le volet eau et assainissement et continue d’apporter son appui pour les 4 années à venir.

Extrait Midi Madagasikara – Mardi 3 août 2010