Entre 75% et 80% de la population malgache ont recours à la médecine traditionnelle. C’est évaluer l’importance de ce secteur qui a conduit au développement des remèdes traditionnels améliorés (RTA). C’est justement afin d’en assurer l’accès au plus grand nombre que le ministère de la Santé par le biais de la direction de la Gestion  des Intrants de santé, du Laboratoire et de la Médecine Traditionnelle (DGILMT), en collaboration avec deux grands laboratoires qui produisent des RTA, à savoir Homéopharma et l’Institut Malgache de Recherches Appliquées ou IMRA, a conclu une convention de partenariat sur l’intégration des RTA dans le circuit d’approvisionnement de la centrale d’achats SALAMA. L’objectif est d’offrir aux patients ces produits issus de la médecine traditionnelle, mais de qualité et à moindre prix. Une séance d’information et de communication s’est tenue, hier au CNEAGR Nanisana, dans ce cadre, à l’intention de 20 directeurs de centres hospitaliers issus de diverses régions. Ces derniers ont pu à cette occasion, en apprendre davantage sur la méthode d’utilisation rationnelle de ces produits pour les maladies et les dysfonctionnements physiologiques.

Désormais, SALAMA assurera l’approvisionnement et la disponibilité des RTA produits par Homéopharma et l’IMRA auprès des centres hospitaliers, au même titre que les médicaments essentiels. Pour Homéopharma en particulier, les produits fréquemment utilisés tels les Vahona, les diverses infusions, les baumes, les produits anti-moustiques, ceux contre la toux, figurent, entre autres, parmi les RTA bientôt disponibles auprès des centres hospitaliers. La réduction de leur coût a été rendue possible, en investissant moins dans les conditionnements des produits et en ne proposant que l’essentiel.
Extrait Midi Madagasikara – Samedi 31 juillet 2010