Le point commun entre Groix (Bretagne, France), Cuba, la Sicile, le Cap-Vert et Madagascar ? Pas grand-chose a priori : ils n’ont pas le même statut (certains sont des États, d’autres des départements, d’autres encore des régions), pas la même langue (français, espagnol, italien, portugais…), pas le même régime politique, pas la même situation économique… Mais tous sont des îles, et c’est ce que la petite localité bretonne de Groix a décidé de célébrer, à travers le 10ème festival international du film insulaire, qui se tiendra du 17 au 22 août. Au menu, des films originaires des îles et sur les îles, bien sûr, mais aussi des concerts, des expositions et des rencontres-débats.

Au cours de cet événement, Madagascar sera très largement représentée, puisque ce ne sont pas moins de 7 documentaires et 6 œuvres de fiction qui seront présentés. À l’exception d’ « Angano… Angano… nouvelles de Madagascar », documentaire franco-malgache réalisé en 1989 par Marie-Clémence et César Paes, probablement choisi pour son impresionnant palmarès (grand prix du 30ème Festival dei popoli à Florence, Italie, Prix des bibliothèques du Cinéma du réel, Paris et Mention spéciale du festival Vues d’Afrique de Montréal, Canada), tous sont des films récents, tournés dans les années 2000. On peut notamment noter « Cinemahantra, le cinéma du pauvre », court métrage de Manohiray Randriamananjo, qui fut récompensé lors des Quatrièmes rencontres nationales du film court de Madagascar et sélectionné au festival international du film de Rotterdam.

Et si aucune création malgache ne figure dans la compétition, la Grande Ile est le thème de « Madagascar, carnet de voyage », l’un des films qui s’apprêtent à concourir. Ce documentaire d’animation de 12 minutes, réalisé en 2009 par Bastien Dubois, raconte le Famadihana vu par un voyageur occidental.

Du côté des arts vivants, c’est la Compagnie Zolobe, instigatrice du festival des arts de la rue de Madagascar Zegny Zo ! qui représentera le pays.

La musique malgache n’est pas oubliée, avec la programmation du guitariste Damily et de Bekoto, qui prépare pour la fin Enfin, une rencontre sur le thème : « Madagascar, la grande île en débat » est prévue mercredi 18 août à 18h30, avec Bekoto, Philippe Randrianarimanana, journaliste à Courrier international, Marie-Clémence Paes, productrice de documentaires, et Jean-Luc Raharimanana, écrivainde l’année un double-album en solo.

Extrait Madagascar Tribune – vendredi 30 juillet 2010