Crise ou pas, les actions pour le développement rural se poursuivent pour la BNI Madagascar qui lance actuellement la 5e édition du Trophée du Jeune Agriculteur (TJA)

Le TJA, rappelons-le, est un concours qui s’adresse aux jeunes agriculteurs et destiné à les motiver dans leurs activités et à améliorer leurs résultats. Pour cette édition 2010, les candidats pourront concourir sur trois filières, à savoir : la riziculture, la céréaliculture : le maïs et l’élevage à cycle court. Des changements ont également été opérés cette année puisque l’âge minimum des candidats est réduit à 40 ans, au lieu de 45 ans. Il en est de même du chiffre d’affaires minimum qui n’est plus que de 2,5 millions ariary contre 6 millions  ariary auparavant, pour la riziculture et la céréaliculture. Par contre ce chiffre d’affaires minimum reste à 6 millions pour l’élevage à cycle court. « Ces changements ont été opérés en vue de donner la chance aux jeunes agriculteurs de différentes régions », a-t-on déclaré hier, lors d’une conférence de presse de présentation du TJA.

Couverture régionale. Un TJA qui ratissera, d’ailleurs, large en terme de couverture régionale. En effet, comme lors des précédentes éditions, le concours aura lieu dans 5 zones: Nord, Sud, Ouest et Centre. Dans un premier temps, des prix intermédiaires seront attribués aux agriculteurs les plus méritants de chacune des 5 zones. Les lauréats régionaux disputeront ensuite le Trophée national pour devenir le meilleur jeune agriculteur et rejoindre ainsi le club des primés de ce concours qui a toujours fait des heureux. A l’instar de Rasehenosoa Voahirana, lauréate 2009 dans la catégorie élevage à cycle court qui avait obtenu, en guise de premier  prix , un crédit à taux zéro de la part de la BNI Madagascar. Spécialisée dans le gavage de canards pour la production de foie gras, à Behenjy, elle a pu étendre ses activités grâce au crédit obtenu. Non seulement elle a pu augmenter le nombre de canards à gaver, mais elle peut dorénavant réaliser deux cycles de production par mois.

Economie de marché. La réussite de Rasehenosoa Voahirana témoigne en tout cas du fait que les organisateurs du Trophée  du Jeune Agriculteur ont atteint leurs objectifs. Il s’agit, entre autres, d’inciter les acteurs ruraux à améliorer leurs résultats et à accompagner le monde  rural dans sa marche vers l’économie de marché et de ne plus se contenter d’une économie de subsistance. Pour la BNI Madagascar, qui est une filiale de la Banque française Crédit Agricole, l’organisation du Trophée  du Jeune Agriculteur témoigne de l’attachement de cette banque à sa vocation première, à savoir le développement rural. Quant à l’UNICECAM, principal partenaire du TJA, elle ne fait que renforcer ses activités principales d’appui financier au monde rural. Par ailleurs, Guanomad et Orange collaborent à l’organisation de la TJA et donneront aux lauréats des lots intermédiaires. Le retrait des dossiers de candidature est déjà en cours auprès des agences de la BNI et de CECAM.

Extrait Midi Madagasikara – Jeudi 22 juillet 2010