« L’économie malgache souffre beaucoup mais ne s’effondre pas ». Tel est le constat de la Banque Mondiale  dans son dernier rapport économique. Cette institution de Bretton Woods constate même une légère reprise des activités du secteur privé, au cours de ces derniers mois.

Cette reprise s’explique, entre autres, par la quasi-inexistence de troubles  au cours de ces derniers temps. Autrement dit, le calme apparent vécu par le pays a profité à l’économie. Une économie marquée, par ailleurs, par une forte montée du secteur informel, manifestée par l’apparition de nombreuses nouvelles activités aussi bien en milieu rural qu’urbain. Les statistiques parlent d’une croissance de 113% en valeur réelle des activités du secteur privé. Par ailleurs, le tourisme a connu une petite relance aux cours des premiers mois de 2010.

Quoi qu’il en soit, cette petite reprise ne cache en rien l’immense fragilité de l’économie malgache, en cette période de crise.  La grande majorité des entreprises continuent de souffrir des effets néfastes de la crise : La preuve, les ventes dans les 100 plus grandes entreprises opérant au pays ont diminué de 25%. Mais les effets de la crise  ne sont pas les mêmes puisque, d’après toujours ce rapport de la Banque Mondiale, les banques et quelques entreprises du secteur tertiaire ont enregistré une augmentation de leur chiffre d’affaires. En somme, la crise continue de frapper de plein fouet une économie malgache déjà catastrophique.

Extrait Midi Madagasikara – Samedi 17 Juillet 2010