Les potentiels touristiques de cette ville du Sud et ses environs seront bientôt dans les colonnes de 6 journaux français, à savoir La Voix du Nord de Lille, L’Est républicain de Nancy, La Provence de Marseille, Nice matin, Corse matin, Le Télégramme de Morlaix. 5 journalistes issus de ces journaux ont effectué un éductour à Fort-Dauphin du 24 au 30 juin. Ils ont été sélectionnés par Interface tourisme, le partenaire de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) en France. Ces journalistes sont revenus de leurs périples convaincus des potentiels de ces sites. Organisé par l’ONTM et l’Office régional du tourisme de Fort-Dauphin, l’éductour a permis à ces professionnels des médias de visiter, entre autres, Lokaro, Evatraha, la réserve d’Ampasy Nahampoana, le port d’Ehoala, le conservatoire botanique de Ranopiso, etc. En fait, Fort-Dauphin et ses environs ont du potentiel à revendre, mais son enclavement lui a fait défaut depuis des décennies. Avec le démarrage d’un grand projet minier, ces sites bénéficient désormais d’un accès plus aisé. Il y a quelques mois, le port d’Ehoala a reçu un bateau de croisière avec à son bord plus de 1 000 personnes. Cette première expérience a satisfait les opérateurs économiques de Fort-Dauphin, et elle est appelée à se renouveler.

Sinon, la ville et ses environs offrent des sites exceptionnels tant pour le tourisme balnéaire que pour l’écotourisme ou pour d’autres types de tourisme. De plus, la capacité d’hébergement peut suivre sans problème. Il y a aussi les vols aériens quotidiens qui relient Fort-Dauphin à la capitale. Et dans le courant de ce mois de juillet, la compagnie Air Madagascar prévoit de relier directement Fort-Dauphin à La Réunion. Autrement dit, l’enclavement n’est plus qu’un mauvais souvenir en ce qui concerne les possibilités de développer le tourisme dans cette partie du pays. Il demeure encore pour la population qui doit prendre la route nationale reliant Fort-Dauphin à Ihosy. Mais le développement du tourisme et les opportunités économiques offertes par le port d’Ehoala devraient compenser en grande partie ces problèmes de l’enclavement routier. En effet, ils sont porteurs d’emplois, de revenus et donc d’une amélioration des conditions de vie pour une large frange de la population dont les paysans, les artisans, les opérateurs touristiques… Auparavant, l’ONTM n’a pas fait la promotion de Fort-Dauphin étant donné les problèmes d’accessibilité tant routière qu’aérienne. Avec les infrastructures et les opportunités apportées par le projet minier, la donne a changé. D’où la promotion en France de cette destination. Rappelons que les Français constituent la majorité des touristes qui viennent visiter Madagascar.
Extrait La Gazette de la Grande Île – Jeudi 01 Juillet 2010