A l’Essca samedi dernier, les élèves étaient concentrés sur leurs pas de danse, leurs matches, leurs prestations et tout ce qu’ils avaient préparé pour marquer la journée mondiale de l’environnement, célébrée dans le monde tous les 5 juin. Cette année, le thème de cette célébration a été « Des millions d’espèces, une planète, un avenir commun ». Suivant ce thème, les jeunes réunis au sein du club de l’Onu pour l’OMD, les scouts Eclaireuses de Madagascar, et tous les élèves, ont participé aux activités organisées par le Centre d’information des Nations Unies.

Impliquer les jeunes . Cette année, les organisateurs ont particulièrement orienté leurs activités vers les jeunes . Principaux acteurs du changement de comportement de par leurs potentialités à changer leurs habitudes, les jeunes  sont l’avenir de la planète. La dégradation de l’environnement faite par l’Homme ne peut trouver sa solution que dans la synergie des actions à entreprendre. Et impliquer les jeunes  en les responsabilisant, à travers leurs actions au quotidien, est un pas important vers la sauvegarde de la planète. D’ailleurs, les jeunes  l’ont bien compris. A travers les stands d’expositions et les performances qu’ils ont donné samedi dernier, ils démontrent une réelle implication dans la volonté de contribuer à sauver la planète. Concours de poèmes, questions pour des champions sur la biodiversité, l’environnement et le changement climatique, concours de dessins, de mascotte mais aussi d’ambassadeur et ambassadrice de l’environnement ont animé la journée.

Biodiversité. Cette année, la journée mondiale de l’environnement coïncide avec l’année internationale de la biodiversité. D’ailleurs, le thème englobant les « millions d’espèces » reflète cette initiative. A Madagascar, la journée mondiale a été célébrée à Ankarafantsika après avoir sillonné la RN4, bien que d’autres associations, telles que le club Vintsy, aient eux aussi organisé des manifestations pour marquer cette journée. Car  Madagascarest riche en endémicité, que ce soit en faune ou en flore. Et mieux connaître cette biodiversité et l’apport de chaque espèce dans l’écosystème est un moyen efficace de conscientiser chaque frange de la population, locale et même mondiale, à en prendre soin. Cette année internationale  de la biodiversité appelle les populations à mettre fin à l’extinction massive des espèces qui garantissent le bien-être de la race humaine. La célébration mondiale de la JME s’est tenue au Rwanda, à Kigali, où le secrétaire général de l’Onu a lancé un appel quant à l’implication de tous dans la protection de l’environnement, mais aussi la dépollution de la planète.

Extrait Midi Madagasikara – Lundi 07 Juin 2010