Une confirmation des sanctions européennes contre Madagascar remet sur le tapis les questions sur la suite des APE.

Qu’en est-il des relations commerciales avec Madagascar si l’Europe décide en définitif de le sanctionner ? Cette question de la plus haute importance n’a pas encore reçu de réponse à l’heure actuelle. Jusqu’ici, elle n’a jamais été évoquée dans les communiqués et déclarations de l’Union européenne.
Pourtant outre la suspension des aides financières, ce domaine touche aussi de près l’économie de la Grande île. Celle-ci exporte de nombreux produits vers des pays européens pour ne citer que la crevette, la vanille et le litchi.
Les relations commerciales entre Madagascar et l’Union européenne devraient être régies par les nouveaux Accords de partenariat économique (APE). La Grande île a paraphé les APE intérimaires à Maurice en juin 2009, mais elle risque de manquer la suite des négociations sur les accords définitifs.
« L’accord intérimaire doit être promulgué par le Parlement, mais Madagascar n’en dispose pas à l’heure actuelle. De ce fait, il y a également une espèce de flou juridique dans l’application de cet accord intérimaire », analyse un technicien proche des négociations.
Ouverture progressive
Les APE constituent les nouvelles bases de relations commerciales entre l’Europe et les pays ACP. Ils se basent sur le principe d’une ouverture progressive des marchés aux produits européens, qui devra conduire à la disparition totale des taxes douanières. Une longue série de négociations laborieuses qui ont duré plusieurs années, a abouti à un accord provisoire appellé accord intérimaire. Il est encore provisoire car les parties n’ont pas pu se mettre d’accord sur certains points.
Madagascar a participé à ces négociations et a signé les accords intérimaires à travers son ambassadeur à Maurice. Car faute de reconnaissance internationale, les membres du gouvernement de la Transition ne pouvaient pas y participer.
La situation aujourd’hui se complique davantage. Outre l’absence de la promulgation, la participation de la Grande île aux futures négociations est incertaine. Une réunion des pays membres du groupe Afrique australe et orientale auquel appartient Madagascar s’est tenue récemment, mais la Grande île n’y était pas représentée.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4631 du 05-06-2010