La compagnie aérienne CorsairFly assurait un vol par semaine sur TanaNosy-Be-Paris. Une liaison qui ne pouvait qu’enchanter les professionnels du tourisme de l’Ile aux parfum. Mais voilà que ce transporteur annonce qu’il arrête, pour une durée non encore déterminée, son unique vol hebdomadaire qui passe par Nosy-Be et qu’il assure sa dernière desserte sur cet axe le 20 mai dernier.

Selon les explications que nous tenons de source informée, CorsairFly a arrêté de desservir Nosy-Be et a décidé plutôt de dérouter son appareil sur Mayotte. Et l’on apprend également que cette compagnie vient d’avoir son autorisation pour atterrir sur l’Aéroport de Mayotte, qui est désormais un département français. Selon toujours nos informations, la décision de Corsair d’abandonner l’Ile aux parfums pour aller sur Mayotte a été prise il y a environ un an. C’est-à-dire à un moment où Madagascar vivait déjà ce que sera une interminable crise politique. Hélas, la politique s’en est encore une fois mêlée. En fait, les responsables de la compagnie ont anticipé les impacts de cette crise sur le tourisme malgache et la décision ne pouvait qu’être fatale pour la destination.

Mais la suppression ou la suspension, peu importe, d’une liaison aérienne, d’autant plus, pour une destination très prisée des touristes comme Nosy-Be, représente un grand manque à gagner pour la destination. «C’est un coup dur pour le tourisme à Madagascar et pour Nosy-Be en particulier», note un hôtelier de l’Ile aux parfums. Faut-il noter qu’un vol de la compagnie CorsairFly compte environ 350 passagers ; le transporteur assurant 4 vols par mois. «Certes, nous avons toujours le vol d’Air Madagascar Tana-Nosy-Be Paris, mais la situation aurait été plus facile si CorsairFly n’a pas arrêté de desservir Nosy-Be», devait concéder un opérateur touristique de la région, qui n’a pas manqué de préciser que contrairement aux prévisions des responsables de cette entreprise, les vols de Corsair sur Nosy-Be étaient entièrement pleins depuis le début de l’année. Pour dire que l’Ile aux parfums est une destination qui ne présente aucun risque pour les touristes et qui, malgré la crise, a toujours accueilli des visiteurs.

Extrait Midi Madagasikara – Samedi 22 Mai 2010