Madagasikara Namako a organisé un concours littéraire dont la finale s’est tenue à la prison d’Antanimora hier. Dix participants ont été primés.

Le rendez-vous tant attendu s’est déroulé hier à la Maison centrale d’Antanimora. Une vingtaine de détenus ont participé à un concours littéraire organisé par l’organisation non gouvernementale Madagasikara Namako. La réouverture de la bibliothèque installée dans le quartier C a fait émerger des talents littéraires, d’où cette idée de concours.
Des poèmes en malgache, en français, du « kabary », de l’humour mais aussi des petites nouvelles ont été au menu. Si certains aspirent à un monde meilleur, d’autres restent réalistes et dépeignent la réalité comme ils la vivent.
Les faibles toujours opprimés
De l’humour mais aussi beaucoup de textes qui prônent des valeurs humaines comme la tolérance, l’entraide et la solidarité. En général, l’ambiance a été assez divertissante et les détenus se sont bien amusés. Les pauses musicales ont été assurées par le populaire Tsiavec, le célèbre animateur et chanteur du quartier.
L’association des poètes et écrivains Havatsa-Upem a formé le jury du concours, tout en offrant des livres. Les membres de l’association sont également intervenus dans la fête. Parmi les plus attendus, on peut citer Patrick Andriamangatiana et Eric Ravalisoa avec leurs nouvelles, tandis que le « kabary » de Lalao François Rabenandrasana a beaucoup amusé l’assistance. Et si le président de Havatsa-Upem Wilson Razafiarivony a dénoncé le système qui opprime les faibles, l’histoire d’Henriette Ramanambelina a fait le bonheur des amateurs de pièces radiophoniques.
La bibliothèque, depuis sa réouverture, accueille près de 200 visiteurs par semaine. Les fonds sont diversifiés allant des recueils de poèmes de Rado au Code pénal en passant par les classiques de la littérature française.
« Les ouvrages malgaches sont les plus demandés », confie Thierry, un des responsables des lieux. Pour l’occasion, la bibliothèque s’est vu offrir un certain nombre d’ouvrages pour étoffer le fond en malgache.

Extrait l`Express de Madagascar – Edition n° 4600 du 28-04-2010