Selon les données de la Banque centrale, l’euro s’établit à Ar 2 712 contre Ar 2 837 fin mars. Quant au dollar, il s’achète à 2 034 contre Ar 2 123. Cette situation joue un rôle primordial dans la maîtrise de l’inflation.
L’existence d’un flux de devises serait à l’origine de cette appréciation. « Il provient du rapatriement de devises d’exportation, en particulier dans le secteur des mines, et des aides extérieures humanitaires », explique un responsable du ministère des Finances et du budget.
La baisse des demandes de devises sur le marché intérieur de devises (MID) est un autre facteur. « Actuellement, l’offre est supérieure à la demande », explique toujours notre interlocuteur. La reprise du tourisme participe également à l’appréciation de la monnaie, toutefois sa contribution ne pèse que très peu dans le flux. Selon une source de la Banque centrale, cette institution a procédé à un achat de devises auprès des banques primaires. Ces dernières confirment que le rapatriement des devises d’exportation constitue leur principale ressource.

Extrait l`Express de Madagascar – Edition n° 4600 du 28-04-2010