Le Poche, c’est la salle idéale pour accueillir des musiciens talentueux et originaux. « ce vendredi 5 mars, c’est Suarez qui a fait danser les Béthunois.

En première partie, Naosol and the Waxx Blend, groupe découvert sur internet, a retenu l’attention du public avec sa musique folk issue de l’album 1968 et notamment avec sa très réussie reprise de Clint Eastwood, le tube de Gorillaz.


Encore peu connus en France, les Suarez sont de vraies stars en Belgique, leur pays d’origine. Le groupe est né d’une rencontre, dans un studio de Mons, de Marc Pinilla, un Belge adepte de la pop anglaise, et de trois Malgaches musiciens de World Music. Max et Pata Randriamanjava, et leur cousin Dada Ravalison sont arrivés en Belgique en provenance de Madagascar grâce à un concours de musique qu’ils ont gagné.

Ils choisissent la chanson française, qui se mélange à toutes leurs influences, pour donner le son unique de Suarez.

Chez nous, les quatre amis commencent à percer avec leur titre On attend qui passe en boucle sur les ondes. C’est d’ailleurs ce morceau que la majorité du public attendait. Ils leur en ont livré une version joyeuse et dansante qui a mis la salle en émoi. Et les autres morceaux de l’album sont loin d’avoir déçu les spectateurs. Prends-moi, Aïe aïe aïe, des titres plein d’énergie et d’humour servis avec charisme et bonne humeur par Marc Pinilla, leader visiblement très à l’aise sur scène.

Le quatuor excelle aussi dans les détournements de grands classiques comme celle de La non demande en mariage de Brassens ou la réadaptation de La vie en rose d’Edith Piaf.

Le concert s’est terminé avec la reprise de Couleur café de Serge Gainsbourg. Le public, ne tenant plus, s’est levé pour danser et chanter. La complicité entre le groupe et ses spectateurs était palpable et renforcée par le côté intimiste de la salle. Le public aime Suarez et le groupe lui rend bien. « Béthune, c’est un public de folie ! », s’écrie Marc Pinilla, interrogé dans les coulisses à la fin du concert.

Les malchanceux qui ont manqué ce concert devront attendre encore un peu car Suarez ne reviendra dans la région que pour sa prochaine tournée. Ils seront néanmoins à la Cigale de Paris le 5 juin.

Extrait LA VOIX DU NORD –  lundi 8 mars 2010 – PAULINE LESNIEWSKI (CLP)