Madagascar recèle une forte potentialité pétrolière. Toutefois, il ne produira de l’or noir que dans près de dix ans, le long processus d’exploitation de cette manne expliquant ce délai.

La signature des premiers contrats avec les compagnies pétrolières a débuté en 2007, leur permettant de se lancer dans l’exploitation. Dans ce cadre, elles doivent suivre trois étapes essentielles que sont l’exploration, le développement et la production. L’exploration dure près de 5 à 8 ans selon les pays.
La phase d’exploration consiste en la réalisation des études géologique et géophysique comprenant l’aéromagnétique, la gravimétrique, le sismique et enfin les forages.
Le résultat des forages donne l’existence ou non d’un gisement pétrolifère.En cas d’absence de découverte, les recherches prennent fin. Une compagnie doit effectuer au minimum deux forages. Si elle découvre du pétrole, la société va continuer à réaliser d’autres forages, entre cinq à huit pour confirmation.
La réalisation des forages est suivie par l’évaluation de la découverte, par le biais de tests et de la déclaration de la découverte commerciale. Cette étape est très importante car seuls les forages peuvent confirmer l’existence ou pas du pétrole.
La deuxième étape qui concerne le développement dure environ cinq années. Elle comprend les études ingeenering permettant d’identifier les conditions d’exploitation. Cette phase est marquée par la conception et la commande des matériels.
Enfin, pour la dernière étape, la phase de production peut varier entre 25 et 30 ans selon la durée de vie de la réserve.
Etat actuel des projets
Une compagnie doit au minimum injecter entre 300 à 400 millions de dollars dans un projet pétrolier.
Il est à souligner que le coût d’un forage s’éleve à 30 millions de dollars. Pour les forages off-shore (en mer), ce chiffre est multiplié par 1,5. La profondeur du forage va de 1 500 à 4 000 mètres pour les on-shore (sur terre), et de 3 000 à 7 000 mètres pour les off-shore.
A Madagascar, tous les projets se trouvent à leur première phase. Le plus avancé est celui de la compagnie Total à Bemolanga. Le début de commercialisation est prévu en 2019. Elle prévoit de finaliser cette année les forages qui seront entamés à partir du mois prochain.
En 2009, Total a réalisé 72 forages sur les 140 prévus. Suivront les études de pré-faisabilité afin d’évaluer les réserves pétrolières et hydrauliques. Elles consistent à rassembler toutes les données nécessaires à l’exploitation.
La société chinoise Sunpec, basée à Morondava, poursuivra aussi ses forages à partir du mois de mai. Pour ce faire, elle va importer un équipement de forage.
La compagnie canadienne Candax programme le début des forages en août-septembre à Antsiranana, tandis que l’Enermad se lance dans les études sismiques à partir de ce mois.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4588 du 14-04-2010