Cette commune rurale dans le district d’Ambato-Boeny est électrifiée depuis quelque temps. Une centrale biomasse y est installée.

Une grande première dans l’histoire de l’énergie à Madagascar. La commune rurale d’Anjiajia, district d’Ambatoboeny, dans la région Boeny, est dotée d’une centrale électrique d’une puissance de 80 Kva utilisant la biomasse comme alternative aux combustibles traditionnelles. Jusqu’ici, les machines fonctionnent en utilisant la balle de riz.
« L’utilisation de ces machines présente deux avantages majeurs, dont la diminution des dépenses d’exploitation et la baisse du prix d’abonnement », déclare Patrick Randrianjanaka, directeur administratif et technique de la société CASIELEC, gérante de la nouvelle centrale électrique à Anjiajia. « Cette technique permet aussi de valoriser les matières locales longtemps négligées par la population », poursuit-il.
« Boeny est la deuxième région la plus électrifiée de Madagascar après celle d’Analamanga. Néanmoins, elle est la première à recourir à l’énergie renouvelable », revèle Rodolphe Ramanantsoa, ministre de l’énergie, lors de l’inauguration de la centrale, mardi.
Plan d’électrification
« L’installation d’une machine de ce type est une sorte de grande innovation à Madagascar, après une exploitation timide à Ambatondrazaka pendant la période coloniale », note-t-il. Rodolphe Ramanantsoa affirme que l’élaboration des plans d’électrification rurale est en cours au niveau régional.
Cette nouvelle infrastructure est le fruit du partenariat entre un trio composé du ministère de l’Energie, l’Agence de développement de l’électrification rurale (ADER) et la commune rurale d’Anjiajia.
Selon les responsables, la centrale, dont le coût total de l’investissement s’élève à 462 millions d’ariary, est opérationnelle depuis juin 2009. Depuis la mise en marche des machines, quelque 130 ménages sont abonnés sur un total de 250 prévus au départ.
La production rizicole et la présence de décortiqueries, donc la disponibilité des combustibles, dont la balle de riz dans la commune rurale d’Anjiajia et ses environs, constitue l’une des raisons ayant poussé l’installetion de la centrale biomasse.
Sur les onze communes du district d’Ambatoboeny, seules trois d’entre elles ne sont pas électrifiées.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4568 du 19-03-2010