Le cyclone Hubert a laissé un lourd bilan après son passage. 14 victimes ont été enregistrées dans l’Alaotra et le Vatovavy-Fitovinany.

Le bilan du passage du cyclone Hubert sur le sol malgache ne cesse de s’alourdir. Hier, les statistiques officiels ont fait état de 14 morts et 32 763 sinistrés. Deux personnes sont portées disparues et deux autres blessées. Les chiffres émanant du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), avancent 580 cases détruites et 2 580 autres inondées.
La région de Vatovavy-Fitovinany est la plus touchée par ce cyclone. Mananjary compte cinq morts, dont trois enfants, et 20 000 sinistrés. Vient ensuite Ikongo où l’on recense six morts et 4 000 sans-abri. À Manakara, Hubert a laissé deux morts et 3 500 sinistrés. Et la dernière victime a été recensée à Ambatondrazaka, dans la région d’Alaotra-Mangoro.
Ce bilan n’est que provisoire car pour le moment, des localités restent inaccessibles et coupées de toute communication, même si Hubert s’est déjà affaibli et réduit à une simple dépression tropicale, avant de se dissiper hier matin.
Dégâts matériels
À Mananjary, deux coupures ont été constatées sur une même route. La première se trouve à 9 km d’Irondro et la seconde à 17 km du pont d’Anjilajila. À Ikongo, plusieurs routes sont coupées, en l’occurrence celle qui relie Vohipeno à Ifanoria, et la voie ferrée passant par Ranomena. Des écoles ont été détruites, à savoir les CEG et EPP d’Ankarimbelo. La commune d’Ikombo est devenue un îlot.
À Vangaindrano, dans la région Atsimo-Atsinanana, l’axe reliant ce district avec Tolagnaro et celui qui mène à Ranomena sont coupés. Vatanato aussi s’est transformée en îlot. La recrudescence des diverses maladies est à craindre, faute de personnel médical. En moyenne, 80% des cultures sont inondées.
À Ifanadiana, les routes Ifanadiana-Irondro et Tsenavolo-Kianjavato sont impraticables. Le pont de Ranoma- fana a été emporté par la crue. À Nosy-Varika, la montée des eaux du canal des Pangalanes a submergé la RN11 et inondé des cultures.
Sur les Hauts-plateaux, le district d’Ambatondrazaka se trouve actuellement dans la difficulté totale. Outre le décès d’un enfant et les 1 914 sinistrés, la région s’expose à l’épidémie à cause des inondations. La RN44 reste coupée au niveau du PK 141 par une brêche de 6 m.
Ikalamavony et Ambatofinandrahana, respectivement dans la région de la Haute-Matsiatra et de l’Amoron’i Mania, n’étaient pas épargnées. Frappées par des fortes pluies lors du passage de ce cyclone à Ambositra, des routes y sont coupées.

Mobilisation des aides d’urgence
Pour venir en aide aux sinistrés, un Comité de réflexion des intervenants des catastrophes (CRIC) se tiendra ce jour à 9 heures au BNGRC à Antanimora. Au centre de la rencontre sont les échanges d’informations et la coordination des actions à mener sur le terrain.
Outre l’envoi de vivres et de PPN, la mise en œuvre des travaux nécessitant des activités à Haute intensité de main-d’œuvre (Himo) est au programme. «En collaboration avec le FID (Fonds d’intervention au développement), ce projet consiste à préserver la sécurité alimentaire des victimes et à réhabiliter certains dégâts», rapporte le premier responsable du BNGRC. Dans certaines localités, l’Office des travaux d’urgence au sein du ministère des Travaux publics est déjà à pied d’œuvre pour la réhabilitation rapide des coupures de route entravant les travaux humanitaires.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4563 du 13-03-2010