Le secteur aérien émerge après une saison 2009 difficile. Cette année pourrait bien être celle de la reprise.

Les perspectives s’améliorent dans le secteur aérien. L’année 2010 s’annonce comme étant celle de la reprise après la grande crise de 2009. Selon Jean François Richard, directeur général d’Air France Madagascar, le nombre des réservations affiche une tendance positive.
Les achats à l’importation, c’est-à-dire les billets à destination de Madagascar achetés par les voyageurs à l’extérieur, enregistrent une augmentation satisfaisante par rapport à 2008. Et comme l’année passée, à partir du mois de mai jusqu’à fin octobre, la compagnie remplacera par des Boeing 777 les Airbus A 340 qui assurent la liaison France-Madagascar à l’heure actuelle.
«Les perspectives sont bonnes et la tendance est à l’amélioration même si, évidemment, on n’en est pas encore au niveau de l’année 2008. L’affectation des Boeing 777 qui sont de plus gros avions sur cette destination en est une preuve», déclare Jean François Richard. C’était en marge de la remise du lot à Noro Ranaivoarison, gagnante du jeu organisé par Air France sur son site internet à l’occasion de la Saint-Valentin. Elle a remporté un voyage tous frais payés pour deux personnes.
Réservation en ligne
La compagnie mise sur sa réactivité pour faire face au contexte actuel ainsi qu’à la crise politique et financière mondiale. Le renforcement des services en ligne entre dans cette optique, comme la réservation qui devra être optimisée cette année avec l’arrivée prochaine du système de paiement en ligne dans la Grande île. La possibilité de réserver son siège par internet 30 heures avant le vol, constitue également une des nouveautés à découvrir sur le site Air France.mg.
«C’est très pratique car nous n’avons plus besoin d’arriver tôt à l’aéroport pour l’enregistrement», témoigne Noro Ranaivoarison.
La reprise du secteur aérien constitue un signe encourageant pour toute l’économie nationale. En effet, elle signifie également la reprise du secteur tourisme qui a été le plus durement touché par les évènements de 2009. Et avec cette reprise, des milliers de personnes qui vivent directement ou indirectement de cette activité, auront une bouffée d’oxygène.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4563 du 13-03-2010