S’il n’en tenait qu’à l’Ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, SEM Niels Marquardt, l’AGOA n’aurait pas été suspendu. « J’ai tout fait pour sauver l’AGOA » affirme l’Ambassadeur des Etats-Unis dont le premier souci est de sauvegarder les intérêts des milliers d’employés des entreprises franches éligibles à cette facilité américaine.
« J’ai rencontré, à plusieurs reprises le Président de la HAT pour lui expliquer l’enjeu » ajoute SEM Niels Marquardt, en faisant remarquer que Washington suivait également de très près le dossier et lui a même donné un temps supplémentaire pour régler le problème. Malheureusement, les protagonistes politiques n’étant pas arrivés à trouver la fameuse sortie de crise consensuelle et exclusive, le gouvernement américain était obligé de prendre la sanction en suspendant Madagascar des avantages de l’AGOA.

Avant juin

A la question de savoir si l’on peut encore sauver l’AGOA cette année, Niels Marquartd de répondre que si une solution politique est trouvée avant le mois de juin, il peut encore faire quelque chose. En effet, le Conseil de l’AGOA se réunira au mois de juin prochain et le dossier Madagascar pourra y être examiné.
Tout dépendra alors de l’issue que connaîtra la crise en ce moment là. En somme, si les protagonistes adoptent la fameuse solution consensuelle, le processus de reprise de l’AGOA peut commencer. Dans le cas contraire il faudra encore le mois de décembre pour que les Etats-Unis puissent de nouveau discuter du cas de Madagascar. Autrement dit, Washington maintiendra jusqu’au bout sa position. A savoir, pas d’AGOA sans consensus. D’ailleurs, SEM Niels Marquardt n’a pas manqué d’insister sur l’application de l’accord de Maputo et de l’acte additionnel d’Addis-Abeba comme la solution la plus efficace à la crise actuelle. « Si on arrive à réaliser une rencontre entre les 4 chefs de mouvance, il pourra toujours en sortir quelque chose » conclut SEM Niels Marquardt.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N°8083 du 10-03-2010