« Cela fait plus de 10 ans que j’en entends parler et que je participe à des reboisements sur cet axe, et pourtant, c’est encore loin d’être une forêt » s’exclame un jeune homme avec ironie, alors qu’il était en reboisement sur la RN1, du côté d’Ambatomirahavavy. Planter des arbres nécessite un entretien afin que les petits plants deviennent de grands arbres qui contribueront à stabiliser l’écologie. Le reboisement ne se limite donc pas seulement au fait de planter des arbres. Le reboisement est un geste citoyen qui incombe à toutes les personnes qui veulent contribuer à améliorer l’atmosphère terrestre. Les activités de l’Homme ont à ce point détruit les forêts, que replanter des arbres devient un besoin écologique indispensable. A Madagascar, des efforts ont été déployés afin d’inciter toutes les parties (civiles ou non) à effectuer des séries de reboisement. Une réserve foncière pour le reboisement sera même instaurée dans chaque région pour mettre en place un couloir d’exploitation forestière en dehors des aires protégées.
Culture de l’arbre. La CUA procède cette semaine à un reboisement dans la ville et dans ses environs. A ce titre, 7 200 plants seront mis en terre et un suivi sera fait pour éviter de voir se faner les arbres ainsi plantés. Car le travail d’entretien est aussi, sinon bien plus important pour obtenir de beaux grands arbres. Ainsi, l’entretien comprend le plant binage, l’ébranchage, le paillage qui consiste à placer une couche de paille, d’écorce et de film plastique pour protéger du froid et de la sécheresse, avant de passer au garnissage.
Et le travail s’étale sur toute l’année. Le binage se fait entre mai et août, le regarnissage en février et mars, l’ébranchage de février au mois d’octobre et le paillage d’avril à septembre.
Le reboisement est donc loin d’être cette seule journée de pique-nique conviviale. C’est tout un travail qui comporte plusieurs techniques qui devraient être enseignées aux populations des localités, afin d’obtenir de vrais résultats concrets. Mais cela a aussi un coût, car l’entretien d’un Ha par an pour 2 ans est de 300$ ! Autant dire que reverdir la planète revient aussi cher que la dégarnir.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N°8076 du 02-03-2010