Voici des articles que des journalistes en herbe ont écrits. Ils apparaissent tels qu’ils ont été rédigés, aux fautes d’orthographe et de grammaire près. En tout cas, ils donnent une idée de ce qu’ils pensent des actus.

La justice à Madagascar
Cela fait longtemps que nous souffrons de cette justice toujours pas réglée jusqu’à maintenant. Beaucoup de gens meurent, souffrent, deviennent pauvres à cause de cette justice.
On raconte que le 20 mars, on va faire les élections. Mais aussi, qu’à la fin du mois, on aura notre paie. Est-ce que c’est vrai tout ça ? Moi, je crois plutôt qu’on n’aura pas notre paie si on continue comme ça. Ce n’est pas bien du tout.
Si jamais, le 20 mars ne marche pas comme prévu, après on va encore donner une autre date ? Pourquoi on ne fixe pas une date ni trop loin, ni trop proche ?
Et à cette date, on fait les élections après quelques jours ou semaines, ou encore quelques mois. Il faut être d’accord avec la loi.
Finoana – classe de 8è, collège Bout d’chou Tsimbazaza

Haïti
Un tremblement de terre
En Haïti, il y avait un tremblement de terre. Ce tremblement de terre a causé beaucoup de dégâts, des morts. Des maisons se sont écroulées, des routes coupées. Un enfant de trois ans a été blessé. Il a eu des blessures sur la tête et les genoux.
Les médecins n’ont pas réussi à le sauver, le choc a été trop fort. C’est triste d’avoir entendu les gens mourir et que les médecins n’ont rien pu faire pour les sauver.
J’espère que ça n’arrivera plus en Haïti et que ça n’arrivera pas à Madagascar.
Aaron – classe de 8è, collège Bout d’chou Tsimbazaza

Sauvez nos malades
Les médecins et les paramédicaux des hôpitaux Joseph Raseta Befelatanana et Joseph Ravoahangy Andrianavalona sont en grève depuis presque deux semaines à cause de leur salaire et leurs conditions de travail.
Ils pensent que leur travail est à bas salaire et que les dix ans d’études supérieures qu’ils ont faites valent plus que celles des autres fonctionnaires.
D’après eux, les matériels qu’ils utilisent ne sont plus appropriés. En conséquence, les malades hospitalisés manquent de soin.
Personne n’ausculte les malades qui viennent pour une consultation. Alors, ils sont obligés d’aller dans un cabinet médical où l’on doit payer pour pouvoir se soigner.
Mais il est vrai que les médecins ont le droit d’avoir un bon salaire pour que le travail soit plaisant, que les matériels soient complets pour améliorer les soins.
Rien de plus malheureux que de voir des personnes malades, souffrantes ou encore mourantes, que les malades soient plus importants aux yeux des médecins.
Après tout, la plupart des gens malades n’ont pas la possibilité de se soigner dans les cabinets médicaux payants, alors nous comptons sur vous. Vous êtes aussi parmi ceux qui peuvent sauver notre cher pays.
Minohasina – classe de 5è Collège Bout d’Chou Tsimbazaza

Des élèves foudroyés
Des élèves de l’école catholique Masimbavy Bernadette Ambodimiry Ambohidranandriana en 6e et en 9e, ont été foudroyés le mercredi 20 janvier. Cela s’est passé vers 13 heures. Quatre classes étaient sur le passage de la foudre, mais c’est en classes de 6e et de 9e qu’il y a eu des blessés.
Deux élèves ont perdu leurs dents, un autre a eu des brûlures au niveau du ventre, et le reste a été aussi blessé. On les a immédiatement emmenés à l’hôpital d’Antsirabe et ils ont été soignés.
Tout le soin a été pris en main par les personnes de la région Vakinankaratra. A ce qu’a dit le maire, Benja Ramiliarison, ce genre d’événement se produirait presque tous les ans, et il y aurait même des morts.
Mettre des parafoudres sur les lieux du drame serait un geste des personnes de la région de Vakinankaratra.
Dans la même commune, le dimanche 17 janvier, un petit garçon de 10 ans traversait un pont avec son père. L’enfant a glissé et a été emporté par les eaux. Ce n’est que le lendemain qu’on a trouvé son corps. On devrait faire attention en traversant les ponts, en marchant à côté des rivières ou des lacs, et même en roulant en voiture parce que les chemins deviennent souvent glissants pendant cette saison de pluie.
Miora Mamy – classe de 5e Collège Bout d’chou Tsimbazaza,

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4524 du 27-01-2010