L’objectif est, cette année, de parvenir à reboiser sur une surface totale de 25 000 ha sur le territoire national. A raison de 2 000 plants par hectare, on prévoit ainsi quelque 50 millions de plants mis en terre jusqu’au terme de la campagne de reboisement.

Celle-ci vient justement de débuter le week-end dernier à Anosivolakely, dans la commune rurale d’Ampanotokana, district d’Ambohidratrimo où 7 500 plants de diverses essences ont été mis en terre. Le choix s’est porté, cette année sur des essences à croissance rapide, comme c’est le cas pour le paulownia (exploitable en cinq fois moins de temps, par rapport aux autres plants) ou encore sur d’autres qui offrent des avantages économiques non négligeables, à l’image du ravintsara dont on ne présente plus les vertus.

Cette fois encore, l’accent a été particulièrement mis sur le suivi des jeunes plants mis en terre lors des journées de reboisement. En effet, ce volet reste, dans la majorité des cas, négligé, réduisant à néant les efforts entrepris car au bout de quelques mois, les jeunes plants meurent. Aussi faut-il prévoir dans les projets de reboisement, qu’il s’agisse d’initiatives privées ou non, de retourner plusieurs fois sur le lieu de reboisement afin de procéder à des travaux de suivi et de regarnissage, en cas de besoin.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N°8038 du 18-01-2010