La suspension de l’African Growth & Opportunity Act (AGOA) a conduit à une nouvelle organisation auprès des entreprises franches. Les heures supplémentaires ont été supprimées. Les employés gagnent ainsi moins de la moitié de ce qu’ils percevaient auparavant.
« Les heures supplémentaires nous permettaient de gagner plus d’argent », explique Saholy, une mère de famille travaillant dans une entreprise franche. « Si notre salaire de base est de 70 000 ariary, avec les supplémentaires on peut percevoir jusqu’à 130 000 ariary à la fin du mois. Les manques à gagner sont importants », annonce-t-elle explicitement.
La suppression des heures supplémentaires est due au ralentissement des activités auprès des entreprises. « Il n’y a plus beaucoup de travail en ce moment. Les commandes sont en baisse alors qu’en principe, nous devrons recevoir des commandes d’hiver », annonce Fanja, une autre employée.
Toutefois de leur côté, les employés ne perdent pas espoir, quant à un redressement de la situation.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4511 du 12-01-2010