TOURISME. Les touristes internationaux ont encore montré leur réticence à venir à Madagascar faute de garantie de leur sécurité.

Comme bilan, 2009 était une année de catastrophe pour les opérateurs dans n’importe quel secteur, en particulier le tourisme. Même si un plan de relance a été présenté à l’administration, ces opérateurs sont encore réticents face à la tournure de la conjoncture politique actuelle et interpellent même celle-ci à jouer vraiment son rôle dans le développement de l’économie. Pour les opérateurs touristiques, le ministère de tutelle ne prend que des mesures normales en supprimant, entre autres, le droit de visa de séjour des touristes étrangers à Madagascar. Ils réclament plutôt une amnistie fiscale pour alléger leurs charges, étant donné qu’ils n’arrivent même pas encore à redémarrer leurs activités fortement touchées par la crise depuis l’an dernier.

800 réservations annulées  

Un opérateur touristique a évoqué que sur les 21 groupes de touristes anglophones dont des Américains, des Britanniques et des Australiens ayant fait des réservations en 2009 pour venir à Madagascar, 16 groupes de personnes ont annulé en raison de la crise politique dans le pays. Un groupe est composé de 8 à 12 personnes et dépense en moyenne entre 8 000 à 12 000 dollars par voyage, a-t-il évoqué. Notons que ces touristes séjournent dans la Grande île pendant 20 jours pour savourer son éco-tourisme. Un propriétaire d’un établissement de restaurant a soulevé que les recettes qu’il a obtenues l’an dernier, ne sert qu’à payer les impôts sur le bénéfice de la société à l’Etat alors que ce dernier ne lui fait rien en contrepartie. Par ailleurs, un autre opérateur touristique gérant d’une agence de voyages dans la Capitale témoigne qu’il a enregistré des annulations de réservations pour 800 touristes internationaux en 2009. 

Garantie de la sécurité 

Et parlant de la relance au sein de ce secteur, « je ne pense pas qu’il y en a en ce moment », a témoigné un gérant d’hôtel dans la ville des Fleurs. Ce n’est que durant la période des fêtes de fin d’année qu’il a eu un taux d’occupation hôtelière n’atteignant que 20% et c’est maintenant redescendu. Et encore, la majorité de ses clients qui occupent les chambres sont notamment des Nationaux, d’après ses dires. Mais en dépit de tout cela, cet opérateur reste optimiste, étant donné que Madagascar est mille fois à voir qu’ailleurs compte tenu de sa biodiversité, son éco-tourisme, sans oublier la chasse aux sangliers et canards dans la ville cosmopolite de Mahajanga. En fait, des touristes internationaux ont manifesté leur fidélité pour la destination Madagascar, mais ils restent toujours réticents à cause de la crise politique. Qu’est-ce qui va garantir notre sécurité dans ce pays ? se préoccupent-ils.
Extrait Midi Madagasikara – Parution N°8033 du 11-01-2010