Ce fut par des photos que les enfants de Morondava ont exprimé leur sentiment sur les impacts des catastrophes naturelles qu’ils ont vécues de l’intérieur. Des photos regroupées dans une exposition baptisée « Eye See IV : la vie après le cyclone, résilience et redressement’ dans la ville de Morondava.» et qu’ils partagent avec le public. Lancée la semaine dernière dans le cadre de la célébration des 20 ans de la Convention relative aux Droits de l’Enfant, cette exposition met en avant les impacts du passage du cyclone Fanele en janvier 2009 à Morondava. Une manière pour ces enfants, âgés de 9 à 16 ans, de montrer comment les communautés et les enfants font preuve de résilience et de courage en retrouvant le rythme du quotidien. « Nos photos nous ont permis de saisir comment les choses étaient dans le passé et de documenter les changements….comme par exemple montrer un bâtiment endommagé par le cyclone et montrer les réparations », a déclaré un des participants.
Le cyclone Fanele, rappelons-le, a  frappé le Menabe le 21 janvier dernier. Tous les enfants participants ont vécu le passage de ce cyclone, ses impacts directs sur leur vie familiale et leur scolarité.
Anticipation. Pour la saison cyclonique 2009 -2010, les prévisions météorologiques annoncent quatre à cinq cyclones de forte intensité qui risquent de toucher Madagascar, menaçant la vie et la survie de plus de 600 000 personnes, et pouvant causer des dégâts importants. L’UNICEF et plusieurs de ses partenaires lancent un appel sur la nécessité de renflouer les stocks de prépositionnement dans les zones à risque pour faire face aux urgences de la saison cyclonique.
Les cyclones qui frappent régulièrement le pays, amènent les enfants à interrompre leur scolarité, les salles de classe étant détruites ou subissant de sérieux dégâts. Ce qui n’est pas sans conséquences sur la poursuite de leur scolarisation.

Extrait Midi Madagasikara – PArution N°8006 du 08-12-2009