« Le contexte et l’environnement qui prévalent ne rassurent guère et ne sont pas favorables à l’investissement. Le climat qui règne dans le pays n’est pas du tout pour attirer les investisseurs ». C’est le message qui ressemble à un SOS lancé par les groupements économiques. Le GEM (Groupement des entreprises de Madagascar) et le FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandrahara Malagasy) sortent de leur silence et parlent d’une même voix. Ils dénoncent l’instabilité politique qui perdure et semblent implorer un apaisement et la stabilité de la part des divers acteurs politiques.

À l’approche de la date du 15 décembre et devant les condamnations de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE qui en même temps, appelle à des sanctions tant économiques qu’individuelles et l’imminente rupture des aides budgétaires, ces groupements économiques n’ont pu rester indifférents. La grande majorité des entreprises vit en effet des marchés publics avec ce que ces aides budgétaires et programmes conduits en partenariat avec les investissements étrangers, supposent et génèrent comme emplois et richesses créées.

Extrait Madagascar Tribune – mardi 8 décembre 2009