«Madagascar est un grand pays de la gastronomie. La cuisine malgache est très riche et l’île a tout pour se hisser au rang des géants mondiaux de l’art culinaire», c’est la déclaration d’un restaurateur niortais lors de la dernière journée du 10e Carrefour des Métiers de Bouche de N iort, qui s’est déroulé dans cette commune du département des Deux-Sèvres du 14 au 18 novembre dernier. Les deux chefs malgaches, Lalaina du Restaurant La Varangue et Jackson du Grand Hôtel de Diégo ont porté très haut le flambeau de la gastronomie malgache.
Tout au long de la manifestation, les démonstrations de plats malagasy effectuées par les deux chefs de la Grande île ont été très suivies. «C’est très parfumé, agréable à voir, j’ai hâte de déguster», devait indiquer Anne une visiteuse assistant à une des séances de présentation de Lalaina et de Jackson. Le Chef André Arnaud, un membre de l’Académie Française de Cuisine, devait reconnaître, quant à lui, qu’il n’a jamais eu la chance de connaître la cuisine malgache. Ce grand nom de la gastronomie française a eu droit à une dégustation des fameux patsa fotsy de Madagascar. «Je croyais que la cuisine malgache était comme celle de l’île de La Réunion alors que c’est tout un autre style» Et de conclure : «Cela donne envie d’en découvrir davantage», a-t-il avoué.

Le début d’une histoire

Du côté des visiteurs, la présence de Madagascar, l’invité d’honneur de ce 10e Carrefour des Métiers de Bouche constitue les prémices d’une longue histoire qui devrait commencer par des vacances à Madagascar l’année prochaine. «Je n’ai jamais entendu parler de votre pays mais maintenant je crois que je ferai tout pour passer mes prochaines vacances à Madagascar», devait indiquer, ce fonctionnaire retraité accompagné de son épouse. On peut être sûr que celui-ci n’est le seul à vouloir se rendre dans la  Grande île.
Par ailleurs, les participants malgaches se sont dits satisfaits de leur présence dans la région Poitou-Charente. La Fédération des Hôteliers et Restaurateurs de Madagascar, dirigé par son président, Eric Koller, affirme avoir réalisé plusieurs contacts très intéressants. L’Efam (Association Entreprendre au Féminin) a également enregistré un bon chiffre d’affaires tandis que l’Office national malgache du Tourisme et l’Office Régional d’Antananarivo, a pu rassurer les touristes mais aussi des professionnels du secteur dans la région et entreprendre ainsi une promotion de la destination. Nous en reparlerons.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N°7991 du 20-11-2009