Madagascar, en tant que pays en développement, travaille en partenariat avec diverses  institutions et organisations internationales oeuvrant pour une croissance économique et un développement durable. L’Agence Française de Développement (AFD) fait partie de ses institutions qui participent directement au financement du développement.
Présent à Madagascar depuis 1955, le Groupe de l’AFD a été fondé en 1941 par l’ancien président français Charles de Gaulle sous le nom de Caisse centrale de la France libre. Les zones d’interventions de cette institution financière s’étendent sur les cinq continents et l’Outre-mer. Discrète mais efficace, cette agence est au centre du dispositif français de l’aide publique en faveur des pays pauvres. En 2008, ses engagements à travers le monde avoisinent les 4,5 milliards d’euros. Dans la Grande île, l’aide budgétaire de l’AFD s’oriente  principalement dans le développement rural et celui du système de santé public et privé, le développement urbain et l’amélioration des infrastructures, l’éducation de base et l’environnement et enfin dans les appuis au secteur privé.
124,9 Millions d’euros. Consciente des défis de la récession économique mondiale et des enjeux de la mondialisation, l’AFD se veut avant tout être une agence qui accompagne et aide ses partenaires de développement. Ceci en vue d’atteindre l’objectif fixé par les Nations Unies qui est de réduire de moitié la pauvreté dans le monde d’ici 2015. Les actions de l’AFD s’inscrivent dans les priorités du gouvernement malgache avec la signature en 2005 du Document Cadre de Partenariat (DCP) franco-malgache sur l’aide budgétaire octroyée à Madagascar. Pour l’année 2008, le montant total en cours de décaissement de cette institution s’élève à 124,9 Millions d’euros. A cela s’ajoute une somme de 26,6 Millions d’euros qui sera versée en dix semestrialités. Une réaffectation de la dette malgache obtenue après la signature du Contrat de Désendettement et de Développement France-Madagascar en 2007 (C2D). Cette subvention est principalement accordée à l’Etat malgache sous forme de dons. L’AFD est en étroite collaboration avec des acteurs de l’aide française comme les ministères des Affaires étrangères et des Finances, les différents bailleurs de fonds (Commission Européenne, Banque Mondiale, BAD).
Production et préservation. Le développement passe avant tout par le milieu rural et agricole, un des principaux secteurs d’intervention de l’AFD. Le programme national BV-PI (Bassins Versants-Périmètres Irrigués) en est l’exemple. Ce programme est soutenu par l’AFD ainsi que le Ministère de l’Agriculture, l’Union Européenne, la Banque Mondiale et le FIDA. Pour ne citer que les régions Vatovavy Fitovinany et Atsimo Atsinanana, le financement de l’AFD pour l’aménagement des bassins versants et périmètres irrigués s’élève à hauteur de 15 Millions d’euros. Une somme injectée sur une durée de cinq ans et destinée à la création d’infrastructures et à la mise en oeuvre d’une politique agricole globale. L’objectif est d’augmenter la production tout en préservant les ressources naturelles. Avec la collaboration des ONG, producteurs et notables locaux (Apanjaka), des assistants et agents techniques ont réussi à convaincre les agriculteurs d’utiliser les techniques semis direct sur couverture végétale. Ce programme a permis à 2000 agriculteurs de bénéficier de 5000 ha de surfaces encadrées exploitables. Avec une intensification rizicole donnant une possibilité d’avoir trois récoltes en une année.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° 7978 du 05-11-2009