Coopération : Ce mois de novembre sera marqué par la tenue, à Charm El Cheick, en Egypte, de la quatrième conférence ministérielle du Forum sur la Coopération Sino-africaine (FCSA).

La Chine est bien là. Et le pays de l’Empire du milieu renforce plus que jamais sa position en Afrique, surtout depuis le sommet de Beijing du DCSA en 2006 où la Chine avait promis d’aider les pays africains à se développer sur le plan économique et social et à renforcer leur capacité d’auto-développement. Trois ans après, l’on peut dire que la Chine a tenu son engagement.
Actuellement, la Chine entretient des relations économiques et commerciales avec 53 pays africains. Parmi les 45 pays africains en relations diplomatiques avec la Chine, 45 ont signé, avec elle, des accords commerciaux,  31 ont signé des accords sur la protection des investissements, 10 ont signé un accord de non double taxation et 42 pays ont établi le mécanisme de la commission mixte sur la coopération économique et commerciale à titre gouvernemental avec la Chine. Bref, les relations Chine-Afrique dépassent de loin le simple cadre diplomatique.

Bons fruits

Une nouvelle politique chinoise qui porte de plus en plus de bons fruits. La preuve : depuis 2000, l’année où le volume du commerce sino-africain a dépassé pour la première fois le cap de 10 milliards d’USD, une augmentation de 33,5% en moyenne a été enregistrée. Et en 2008, le volume du commerce sino-africain a atteint 106,8 milliards USD. Une performance qui a permis de réaliser deux ans à l’avance l’objectif d’atteindre  les 100 milliards USD en 2010, avancé par le Premier ministre Chinois Wen Jiaobao lors du sommet de Beijing en 2006. En tout cas, partout en Afrique, et Madagascar n’est pas en reste, les produits chinois sont réputés pour leur bonne qualité et leurs prix accessibles. Par ailleurs, la Chine a facilité l’entrée des produits africains sur son marché en prenant des mesures favorables et prometteuses, tels que l’application des tarifs douaniers à taux zéro en faveur de 478 pays africains d’exportations vers la Chine. A Madagascar, grâce à cette mesure de faveur, des produits malgaches  commencent à percer sur le marché chinois.

Augmentation stable

Par ailleurs, les investissements chinois en Afrique ont connu une augmentation  stable grâce au développement rapide de l’économie chinoise et à l’amélioration du climat d’investissement dans les pays africains. C’est ainsi que le volume des investissements directs de la Chine en Afrique se chiffre en fin 2008 à 7,8 milliards USD. Actuellement, l’on compte  environ 1600 entreprises chinoises installées en Afrique et opérant dans de nombreux domaines comme l’agriculture, la télécommunication, l’énergie, la restauration, les mines, le commerce… Actuellement, l’Afrique est devenue le deuxième plus grand marché au monde pour les entreprises chinoises.

Huit engagements

En ce qui concerne les aides publiques au développement, la Chine qui n’a jamais pratiqué d’ingérence dans les affaires politiques internes africaines, a fait énormément d’efforts à l’endroit des pays africains. C’est ainsi que jusqu’à présent, la Chine a déjà réalisé plus de 900 projets dans des pays africains et dans différents secteurs comme l’agriculture, la pêche, l’élevage, l’industrie légère, le textile, l’irrigation, l’électricité, les télécommunications, le transport, l’agroalimentaire.
En tout cas, l’on peut dire qu’actuellement, la Chine a  pu mettre en œuvre ses huit engagements du sommet de Beijing. Les résultats sont très bons. Et on peut citer, entre autres, l’octroi de 3 milliards USD de prêts préférentiels et de 2 milliards USD de prêts acheteurs à taux préférentiels à l’endroit des pays africains.  Ou encore la création en 2007 du Fonds de Développement sino-africain qui dispose d’un fonds de départ d’un milliard USD et qui a déjà investi plus de 400 millions USD pour soutenir 24 projets dans les pays africains. En Afrique, mais aussi à Madagascar, la Chine est bien là, avec le développement qu’elle apporte.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N°7976 du 03-11-2009