L’instabilité politique se répercute de manière négative sur la venue des investisseurs étrangers. L’EDBM dresse un bilan décourageant.
Retour à la case départ. Tous les efforts entrepris dans le cadre de la promotion des investissements étrangers sont tombés à l’eau depuis que la crise nationale a éclaté. L’Economic Developement Board of Madagascar parle de « zéro gros investissements étrangers » pour cette année 2009 qui touche à sa fin.
L’instabilité et l’insécurité ont été les premiers facteurs de blocage des opérateurs étrangers. La plupart d’entre eux en sont restés aux demandes d’informations, au mieux aux intentions.
« Aucun gros investissement étranger n’a été enregistré auprès de l’EDBM. Des investisseurs viennent demander des renseignements, mais n’ont pas dépassé le stade des intentions », indique une source proche de l’EDBM. « La plus importante a été la promesse faite par les hommes d’affaires saoudiens », poursuit-il.
Dans l’attentisme
La situation actuelle représente le même schéma qu’en 2006 quand tous les grands opérateurs restaient dans l’attentisme. Tous les projets soumis à l’EDBM, dont les mises en concession des réserves touristiques foncières, sont en stand-by. Pas moins de 12 missions économiques ont été prévues au titre de cette année, mais l’ensemble a été reporté.
Une amélioration de la situation est attendue pour l’année prochaine dans la promotion des investissements. Le rétablissement de la stabilité en est la condition sine qua non.
« Indépendamment de la politique, les potentialités du pays restent les mêmes dans divers secteurs ; tourisme, mines et agribusiness. Mais il faut que les investissements soient sécurisés. Les opérateurs étrangers et nationaux doivent être remis en confiance », soutient Josoa, responsable d’une entreprise locale. « Et la stabilité et la sécurité sont les principaux facteurs de développement des investissements locaux et étrangers », conclut-il.
Une mission de prospection d’opérateurs français est attendue pour 2010.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4448 du 28-10-2009