L’aide européenne pour Madagascar sera révisée à la baisse. Les responsables de ce dossier n’ont pas pu se réunir à temps en raison de la situation politique.
Moins d’aide financière pour Madagascar. C’est la conséquence de la situation politique par rapport à sa relation avec les bailleurs de fonds dont l’Union européenne. Selon notre information, Bruxelles, siège de l’Union européenne, prévoit de réviser à la baisse le montant du dixième Fonds européen de développement (10ème FED). Parmi les raisons de cette pénalisation figure l’inexistance d’une revue annuelle des projets financés par ce don non remboursable et qui devait avoir lieu au mois de juillet.
Cette revue devait établir la performance du pays en matière, entre autres, de taux d’engagement c’est-à- dire de taux de décaissement. La détérioration de la bonne gouvernance ainsi que le non respect de l’ordre constitutionnel font également accumuler des mauvais points au pays.
« Selon les premières estimations, le Fed 10 devrait être réduit de moitié au moins, mais il appartient au siège de la commission européenne d’en décider », déclare une source proche du dossier.
Le Fed est le principal outil d’aide au développement de l’Union européenne dans les pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP). Pour Madagascar, arrivé au dixième programme qui devait démarrer au mois de janvier de cette année, le montant initial de l’enveloppe allouée était de 577 millions d’euros, destinée à financer des projets d’infrastructures comme les routes ainsi que des projets d’appui à la bonne gouvernance et à la société civile. Depuis l’arrivée du régime de transition au pouvoir, l’Europe avait décidé d’adopter une attitude de prudence et a décidé de suspendre tous les décaissements des premiers projets qui devraient bénéficier du 10ème Fed. La réhabilitation de la Route nationale 13, reliant Ihosy et Tolagnaro par exemple, fait partie des projets victimes de cette mesure.
Pénalisation
Cette révision à la baisse n’est pas une sanction, mais une sorte de pénalisation par rapport à la baisse de performance du pays. Il faut dire que le montant du 10 éme Fed a surtout été établi par rapport aux réalisations de Madagascar dans le précédent programme (9ème Fed). Parmi les critères de performance figurent la bonne gouvernance, le droit de l’Homme ainsi que le niveau de décaissement. Cette révision à la baisse attend pour l’instant une officialisation mais Madagascar attend également une autre échéance importante qui est l’expiration de la période du dialogue politique le 4 novembre. Une éventuelle sanction à l’encontre de Madagascar pourrait être décidée à l’issue de cette échéance.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4447 du 27-10-2009