La Nouvelle Brasserie de Madagascar (NBM) pourrait arrêter ses investissements. C’est ce que l’on apprend de source proche de ce dossier marquant de la transition. Notre source de préciser que lasses des tergiversations des autorités publiques compétentes en la matière, les instances dirigeantes de la NBM ont finalement opté pour un arrêt des opérations.

Un arrêt qui entraînera évidemment énormément de pertes pour les promoteurs de ce projet qui se chiffre à des millions de dollars. Mais l’administration malgache ne pourra pas sortir aussi facilement de cette affaire puisque la même source indique que la NBM pourrait saisir le CERDI, la juridiction internationale compétente en matière de litige relatif aux investissements. Et toujours d’après nos sources, la NBM a de fortes chances de gagner au procès.

Et ce, dans la mesure où ledit procès, s’il se tient, se basera sur l’accord sur la promotion et la protection des investissements (APPI) passé entre Madagascar et Maurice, un pays dont sont originaires une partie des actionnaires de la NBM. Et dans cette hypothèse il n’y aura pas place à d’éventuelles influences à la justice puisque le CERDI jugera l’affaire selon ses propres règlements. Quoiqu’il en soit, cette affaire risque encore une fois de porter atteinte à l’image de Madagascar en tant que pays d’accueil des investissements. L’affaire NBM démontre en effet qu’il est possible à Madagascar de compromettre des investissements qui se chiffrent par millions de dollars, même après avoir suivi les différentes étapes. L’on apprend qu’à Maurice et au Luxembourg où des actionnaires de la NBM résident, le cas de la NBM est largement commenté dans le milieu des affaires. Avec évidemment des appréciations qui ne plaident pas en faveur du climat des affaires à Madagascar.

 

Extrait Midi Madagasikara – Parution N°7969 du 26-10-2009