Cinq communes rurales du Vakinankaratra se donnent la main pour promouvoir le développement local. Un nouveau circuit est proposé aux touristes.
Le développement local se construit par des actes. C’est dans ce cadre que cinq communes, dont Iharanandriana, Behenjy Andriambilany de la région Vakinankaratra, s’entraident au sein de l’Organisme public de coopération intercommunale (OPCI) pour redorer l’image de cette zone, en attirant plus de visiteurs.
«Le projet consiste à relancer le développement économique local, afin d’obtenir des bénéfices directs en faveur des ménages », explique Alfred Randriamandimbimanana, responsable adjoint au sein du programme de développement rural SAHA.
« Cela passe par le développement du tourisme communautaire. Outre la visite des sites et des ressources naturelles, les touristes peuvent s’intéresser à l’artisanat et au patrimoine culturel existant », précise-t-il.
SAHA, un programme financé par la Fondation suisse pour la coopération et le développement « Intercoopération » à Vakinankaratra, est le partenaire technique du projet.
Grâce à l’OPCI, les communes concernées ont pu dresser le plan d’aménagement et de gestion des sites. L’ONG Planète Urgences a apporté sa contribution par la formation des guides locaux afin qu’ils puissent maîtriser tout le secteur touristique.
Partage d’expériences
Les infrastructures sont prêtes à accueillir les touristes provenant surtout de Tana. L’Office régional du tourisme du Vakinankaratra (ORTVA) s’implique dans le projet par une campagne de promotion.
Ce projet de tourisme communautaire a été parmi ceux qui ont reçu un avis favorable au cours de la séance de partage d’expériences entre les communes et les groupes de communes se trouvant dans les zones d’intervention du programme SAHA.
Par ailleurs, un atelier a été organisé à l’espace Dera, les 20 et 21 octobre, pour revoir les bonnes pratiques acquises durant les trois années de collaboration entre SAHA et ses partenaires.
Les thèmes traités durant la rencontre ont été axés sur l’intercommunalité, la gestion de patrimoine, la sécurité rurale, le foncier et la fiscalité locale et le tourisme communautaire.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4443 du 22-10-2009