Le secteur tourisme reprend du poil de la bête. Il y a de moins en moins d’annulation auprès des complexes hôteliers.

Le tourisme reprend. Compte tenu de la crise nationale qui a donné une image très négative au pays, l’arrivée des touristes s’est raréfiée. Le premier semestre de l’année a été marqué par des suites d’annulations dans les tours opérateurs ainsi qu’au niveau des hôtels.
En moyenne, près de 80% des voyages prévus jusqu’au mois de septembre ont été concernés au
niveau des tours opérateurs, puis une amélioration au début du mois d’octobre, les annulations et reports ont pris fin. « La situation progresse. En ce moment, il n’y a plus d’annulations de voyage », indique Joel Randriamandranto, président du conseil d’administration de l’Office national du tourisme (ONTM). Une affirmation partagée par les hôteliers. « Pour l’instant, il n’y a pas d’annulation de réservations d’hôtels, mais elles restent encore trop moyennes », confirme pour sa part Eric Koller, président de la fédération des hôteliers et restaurateurs de Madagascar (FHORM).
Le taux d’occupation s’est amélioré. En dessous de 20% au mois de mars, il est passé à près de 60% actuellement. La tenue de l’évènement sportif, Afrobasket Women constitue un des facteurs de ce progrès. Un nouveau souffle pour les hôtels en difficulté.
Renforcer la promotion
Afin de garder cette situation voire, l’améliorer, les actions de promotion vont se poursuivre. Le maintien de la suppression de visa pourra être négocié. Par ailleurs, des outils de vente ont été élaborés. Un DVD contenant des informations sur les professionnels du tourisme, des photos de sites touristiques ainsi qu’un film de présentation de Madagascar a été conçu dans le cadre d’un partenariat entre Conservation international et l’international Finance corporation. Un annuaire de tourisme à base communautaire a été aussi créé. Destiné aux touristes indépendants et sensibles au tourisme communautaire, la brochure élaborée en français et anglais recense les initiatives en matière
de développement durable dans les sites d’Andasibe et de Menabe. Une partie présente les associations travaillant avec les communautés.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4437 du 15-10-2009