Pour la première fois, la Journée internationale de la Paix est célébrée à Madagascar. Dans la capitale, elle sera marquée par une mobilisation dans les quartiers.
Des couleurs arc en ciel décoreront les ruelles de la capitale, ce jour. Ces couleurs reflètent celles du drapeau de la Paix, Journée internationale célébrée pour la première fois à Madagascar.
Pour donner le ton, un éventail d’activités sera organisé dans la capitale. Notamment, dans les quartiers les plus surpeuplés de la capitale. 20 travailleurs sociaux, membres du Syndicat des professionnels, diplômés en travail social (SPDTS), vont surtout sensibiliser les jeunes de 12 à 18 ans, sur une éducation pour la paix.
Espoir de paix
« L’objectif est d’inculquer la paix chez les enfants. La culture de la paix, à savoir la paix intérieure et la sérénité», explique Odelia Ramiandrisoa, travailleur social, responsable de l’éducation de la Paix, projet lancé, ce jour, par le SPDTS en partenariat avec Unicef.
Le lancement de ce projet arrive à point nommé. Il est relatif à la situation actuelle que vit Madagascar. D’ailleurs, les personnes intérrogées avouent ne pas vivre dans la paix. « Quand je sors de chez moi, je ne me sens plus en sécurité, depuis le mois de janvier », avance une jeune lycéenne angoissée par cette année scolaire où elle subira les épreuves du baccalauréat.
« Les bombes lacrymogènes deviennent presque un vécu quotidien, semant la terreur », laisse entendre Andry, un garçon de 15 ans habitant dans le centre ville et obligé de rester chez lui lors des émeutes à Analakely.
Jusqu’ici, aucune manifestation populaire n’a été annoncée par le mouvement des légalistes. La Journée internationale de la Paix, comme l’a défini les Nations unies, depuis 1981, a pour objectif de restaurer une journée de paix et sans feux dans le monde. Le système des Nations-unies à Madagascar organisera une journée de commémoration à l’école du Sacré cœur d’Antanimena.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4416 du 21-09-2009