Pas d’argent pour les projets de lutte contre les feux de brousse et la reforestation. Les feux de brousse reprennent à grande échelle.
Un fléau environnemental pour le pays. Les feux de brousse reprennent sur les nationales, un laisser-aller général se fait sentir dans les communautés de base faute de sensibilisation.
Des centaines d’hectares de forêts ont été calcinées récemment sur la RN2, notamment du côté de Manjakandriana. « La population agit ainsi faute de moyens de subsistance. Comme la crise a favorisé beaucoup de pertes d’emploi, bon nombre de personnes sont retournées vivre à la campagne et se sont reconverties en charbonniers », souligne Bema Rakotomanga, un villageois à Nandihizana Carion. Il affirme que, même le pact communautaire « dina » n’est plus efficace pour arrêter cette pratique.
La suspension de financement alloué dans des programmes environnementaux pèse très lourd. Les projets de lutte contre les feux de brousse en souffrent énormément.
« Les points de feux de brousse ont beaucoup augmenté dans toute l’île. Les zones rouges demeurent les régions Boeny, Menabe et Melaky », explique Aina Christophe Rakotoarisoa, chef de service de lutte contre les feux de brousse et la reforestation au sein du ministère de l’Environnement.
Ce constat émane du suivi satellitaire sur les feux de brousse qui risquent d’être incontrôlables. «La suspension des financements pénalise le suivi sur terrain. Nos agents n’ont pas les moyens d’assurer tout contrôle dans les communes rurales », ajoute-t-il.
Objectif hors d’atteinte
À ce rythme, l’objectif fixé par Madagascar de réduire la superficie calcinée à moins de 680 000 hectares par an est hors d’atteinte. Si aucune intervention n’est menée, un million d’hectares risquent d’être détruits d’ici la fin d’année. Un chiffre entravant les efforts menés sur ce sujet depuis quelques annés.
En attendant la reprise de financement qui demeure incertaine, un plan d’action stratégique a été élaboré mardi. Ce plan servira de nouvelle arme de guerre pour atténuer les feux de brousse.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4413 du 17-09-2009