Moins de 25% de la superficie totale cultivable sont mis en valeur dans la région du Vatovavy Fitovinany. Alors que cette dernière dispose de nombreuses potentialités agricoles, a fait savoir un consultant en programme. Ce consultant de faire remarquer que c’est le plus beau cadeau offert par la nature à la population de cette région du Sud-Est de l’Ile.

500 000 ha

Moins de 500 000 ha de terres sont exploités, soit un peu moins de 25% de la surface totale cultivable. A cause de la fertilité de son sol, tous les types de produits agricoles peuvent s’adapter dans la région. Les statistiques agricoles font état que la riziculture avec un rendement moyen de 1,4T/ha n’occupe que 20% des surfaces cultivées. Ce faible rendement s’explique sans nul doute par le fait que la majorité des riziculteurs ne sont pas encore convaincus du bien-fondé des techniques modernes comme le SRI, SRA et ne veulent pas apparemment changer de méthode de peur d’essuyer des échecs sur le peu qu’ils ont investi. Les autres cultures comme le café, mangue, coco, agrume, letchi qui font la renommée de la région Vatovavy Fitovinany sont des cultures ancestrales et ne sont plus entretenues. Des plantations qui doivent être rénovées pour une amélioration de la qualité et de la production. Par contre, la banane et l’ananas produisent de bons rendements. De par nature, ces fruits sont très résistants et se multiplient entre eux. Cependant, ces bananes et ses ananas nécessitent aussi des entretiens et ne doivent pas être laissé à l’état sauvage pour assurer leur qualité. Les plantes à tubercules, comme le manioc, sont aussi très développées et occupent plus de 70% des terres cultivées. Ces tubercules servent de complément alimentaire à la population. Enfin, bien que le sol soit favorable aux cultures de légumes, cette pratique ne représente que moins de 5% des surfaces cultivées. Alors que la culture et la consommation des légumes sont des facteurs pour contribuer à un équilibre nutritionnel dont souffre la majorité de la population et ne particulier, les enfants en bas âge.

Assistanat

Bien que de nombreux programmes et projets soient présents pour l’agriculture dans cette région, ces responsables sont unanimes pour conclure que le changement de mentalité et de comportement au niveau de la population demande encore beaucoup d’efforts pour que les actions dont la finalité est de se passer de l’assistanat, une culture encore fortement ancrée puissent être adoptées et poursuivies.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N°7916 du 25-08-2009