Les fournitures scolaires inondent déjà les marchés de la capitale en cette période de vacances. Toutefois, les premiers achats sont encore très timides. Et ce, en raison de la flambée des prix de certains articles, notamment les cahiers et les stylos. Un stylo de marque Schneider s’achète maintenant à 400 ariary, contre 300 ariary l’année dernière. Soit un accroissement de 30%. Un cahier de 100 pages se vend actuellement entre 600 et 700 ariary, contre 450 ariary auparavant. Soit une hausse de plus de 30%. Un cahier de 200 pages est aujourd’hui proposé entre 1 200 et 1 300 ariary, contre 1 000 ariary, il y a quelque temps. Soit une augmentation de l’ordre de 20%. Les cahiers de 50 pages, quant à eux, ne sont presque pas disponibles sur le marché, du moins sur les étalages des marchands de fortune à Analakely. « Cette révision de prix est la conséquence de la crise qui secoue le pays. En raison de la situation, les importations sont suspendues. Jusqu’à présent, il n’y a pas de nouveaux arrivages. Ainsi, suivant l’incontournable logique de la loi de l’offre et de la demande, les grossistes qui n’ont plus suffisamment de stock, ont augmenté leur prix. Et nous, nous sommes également obligés de répercuter la hausse sur nos tarifs », explique Berthine, devant son commerce installé à côté de l’esplanade d’Analakely.

Face à cette hausse des prix, les parents ayant l’habitude de réunir petit à petit les fournitures scolaires de leurs enfants au fil des mois jusqu’à la rentrée, ont décidé de retarder leurs premiers achats. « Je n’achète pas pour l’instant. Je préfère attendre un peu. Peut-être que les prix vont baisser puisque la situation semble se rétablir. Enfin, je l’espère bien », confie Tiana, une mère de famille.

 

Extrait Midi Madagasikara – Parution N°7906 du 13-08-2009