La Direction de la Banque mondiale reprend ses missions de supervision de son portefeuille après plusieurs mois de suspension. À la suite de la situation politique prédominant à Madagascar, la Banque mondiale a décidé depuis le 17 mars 2009 que le cadre opérationnel de ses activités dans le pays sera guidé par sa Politique Opérationnelle OP 7.30 « Dealing with de facto Governments ».

Conformément à cette procédure, une mission d’évaluation a été entreprise en Mai 2009, et une série de consultations a été réalisée. L’objectif était de mieux définir le cadre d’intervention de la Banque mondiale dans le contexte des efforts de médiation menés par la communauté internationale.

Il a été décidé de maintenir le portefeuille sous OP 7.30, qui ne permet pas de traiter les demandes de réapprovisionnement des comptes désignés. Par contre, les activités de supervision du portefeuille vont reprendre.

Par ailleurs la Direction de la Banque mondiale est prête à considérer, à titre d’exception, la reprise des réapprovisionnements pour certaines opérations présentant un caractère particulièrement urgent pour les populations cibles, notamment pour les projets dans le domaine de la nutrition, de la lutte et la prévention du SIDA, ainsi que la sécurité alimentaire d’urgence. Dans ce contexte, des missions de supervision pour ces trois projets vont être réalisés, de manière à obtenir plus d’informations sur leur statut actuel, leur capacité à atteindre leurs objectifs et les aspects fiduciaires.

Une évaluation détaillée sera aussi entreprise pour évaluer les risques fiduciaires et les questions de sauvegarde environnementale et sociale concernant deux projets : le troisième Programme environnemental (PE3) et le projet de Pôles de Croissance Intégrés (PIC). En même temps, la Banque mondiale concentrera son programme sur un ensemble stratégique d’activités d’analyses. Cela permettra à l’institution de consolider une importante base de connaissances qui sera utile pour se préparer à un réengagement complet, quand il deviendra possible de le faire.

Extrait Madagascar Tribune – vendredi 7 août 2009