BAD – Union Européenne. Les pays les moins avancés ne sont pas très touchés par la crise financière mondiale car ils sont moins intégrés à l’économie mondiale.

La Banque Africaine de Développement (BAD) en partenariat avec les autres institutions internationales comme la Commission Européenne vient de publier les Perspectives Economiques pour l’Afrique (PEA) de 2009. Cette publication met en évidence la capacité de l’Afrique d’affronter la crise financière mondiale et analyse les perspectives offertes par les TIC. Ainsi, les pays producteurs de pétrole et les pays émergents sont les plus touchés contrairement aux pays les moins avancés comme Madagascar car ils sont moins intégrés à l’économie mondiale. Cependant, les prévisions économiques avec un rythme de taux de croissance de 4,9% ne seront pas atteintes pour la Grande Ile cette année. C’est ce qu’on a appris lors de la présentation de ces PEA édition 2009 hier, dans les locaux de la BAD à Ankorondrano.

Résisté aux effets de la crise

En fait, si le taux de croissance moyen de l’Afrique est réduit de moitié allant de 6 à 3% en raison de cette crise mondiale, celui de Madagascar sera encore en dessous de cette moyenne, a fait savoir Mélanie Xuereb-de Prunelé, Economiste Pays Senior au sein de la BAD. Notons que les pays moins intégrés à l’économie même s’ils sont fortement dépendants des aides extérieures sont moins touchés car leurs flux commerciaux ne sont pas encore plus développés. Par contre, les pays producteurs de pétrole sont sévèrement touchés étant donné que l’or noir a connu une chute de prix au profit des pays importateurs sur le marché international. Et Madagascar aurait résisté aux effets de la crise financière s’il n’y avait pas eu une autre crise politique qui le secoue, a souligné Mélanie Xuereb-de Prunelé. Et lui de rajouter que cette crise interne du pays n’a pas été tenue en compte dans l’élaboration de ce rapport de PEA 2009. Mais à l’instar des autres bailleurs, la BAD espère que cela se résolve afin de limiter les effets sur les conditions de vie de la population qui ne cessent de se détériorer. 

Coopération suspendue

Et aux dernières nouvelles, les activités de coopération en cours avec l’Union Européenne restent suspendues car les explications de la HAT ne l’ont pas convaincu lors du dialogue politique à Bruxelles. Du coup, l’appui de l’Union Européenne sous forme d’aide à caractère humanitaire va directement vers les ONG, a expliqué Serge Mihailov, Economiste se chargeant de la macro-économie et de l’appui budgétaire au sein de cette entité. Pour la BAD, les nouveaux projets sont à revoir tandis que ceux qui sont mis en œuvre tournent au ralenti en raison du ralentissement des activités de l’administration, a-t-on conclu.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N°7876 du 08-07-2009