L’auteur Jean-Luc Raharimanana investira cet été le Festival d’Avignon à travers trois de ses oeuvres mis en scène par Thierry Bédard, artiste associé de Bonlieu Scène nationale.

47, créé au centre culturel français d’Antananarivo à Madagascar en 2008 sera présenté le 17 juillet au Festival Contre Courant de la CCAS, en partenariat avec le Festival d’Avignon. La pièce parle de 1947, mars 1947 et de tout ce qui s’ensuivit. Insurrection contre la colonisation française. L’oppression pendant près de deux ans. Je parlais comme d’une évidence : le chiffre même de 47 sonne douloureux sur la Grande Île, la fin d’un monde, la perte et la défaite, le silence lourd d’une période qui n’en finit pas de nous ronger, de nous hanter.

Les cauchemars du Gecko sera créé au Festival d’Avignon du 20 au 25 juillet au Gymnase Aubanel. Un état du monde, vu d’un des dix pays les plus pauvres de la planète, vu de Madagascar. Un état du monde vu du continent noir, mais peut-être aussi de tout autre endroit confronté à l’occident … Un cauchemar chargé d’une ironie désespérée, mais pas désespérante, et en musique.

Excuses et dires liminaires de Za qui a été produit et créé à Bonlieu Scène nationale Annecy sera présenté à la 25ème heure les 24 et 25 juillet. C’est l’histoire de Za, personnage démesuré à la recherche du corps de son fils emporté dans un ruisseau encombré de détritus, le « fleuve de cellophane ». Sa femme est folle, lui-même a connu la prison, la torture. Il invective, demande pardon, s’humilie, s’esclaffe, chante, récite des poèmes : Za, gorgé de barbarie, est réduit à la seule liberté qui lui reste, une liberté immense qu’il brandit dans son désespoir, celle du langage, celle du rire

En parallèle à ces représentations, la Région Ile de France a passé commande à Pierrot Men via Jean-Luc Raharimanana d’une exposition 47, portraits d’insurgés et qui sera présenté à la chapelle du Miracle le 7 juillet.
Jean-Luc Raharimanana lira au Festival Contre-Courant de la CCAS des extraits de ses oeuvres Za, Rêves sous linceul et l’arbre anthropophage le 18 juillet à 18h30 sur l’île de la Barthelasse, accompagné du musicien malgache Tao Ravao.

Extrait Madagascar Tribune – vendredi 3 juillet 2009