Traduire les us et coutumes relatifs aux coiffures traditionnelles de quatre régions de l’île en danse. Cela semble totalement improbable. Sauf que Saroy Rakotosolofo, danseuse et chorégraphe, l’interprètera à travers des spectacles et une exposition vivante au CCAC, au CGM et au jardin d’Andohalo. Quatre pièces chorégraphiques pour entamer le programme. Le CCAC lui donne Carte Blanche, ce soir, à partir de 19h pour qu’elle puisse aller au-delà de ses inspirations. La chorégraphe a choisi Junior Zafialison et Carol Ruscica pour interpréter les pièces « Nato », « Histoire d’une femme », « Miel » et « Aïe? Aïe! Aïl! » sur une musique de Zanaray Percussions.

Rongo sy Salampy

Le projet est grand et peu commun. Rongo sy Salampy est un ensemble de performances à la fois musicale, chorégraphique et culturelle dans le sens large du terme. Rongo (ou tresses) est un terme qui en dit plus long sur le projet. Il s’agit des différentes tresses portées par les dames suivant les circonstances et selon les régions. « J’ai effectué plusieurs recherches personnelles durant des années pour concrétiser ce projet » raconte Saroy. « J’ai interviewé des personnes considérées comme étant les gardiens de la culture, comme Monja Manitsindava, pour obtenir les informations nécessaires. J’ai aussi beaucoup cherché dans les archives de Anta, mais j’ai surtout fait des déplacements sur terrain pour assister aux coutumes afin de voir et d’entendre quelles incantations sont faites par les femmes durant les famadihana ou autres rites ancestraux, et quelles sont les tresses y afférentes ».
Car les formes de tresses ne se font pas au gré de la personne qui les porte. « A Fianarantsoa, la culture est encore très vivace et les femmes portent des tresses selon les circonstances. Dans les régions reculées, c’est aussi le cas. D’ailleurs, ces tresses ne sont pas les mêmes partout. C’est ce que j’essaie de regrouper au sein de ce grand projet ». Un fruit de recherches qui sera monté en spectacle vivant avec la participation de plusieurs artistes tels que Monja Manitsindava au CGM le lundi 7 juillet pour le vernissage de l’expo vivante, accessible au grand public toute la semaine. Une réalisation en partenariat avec l’ambassade d’Allemagne. « Les photos que j’ai réunies retracent ces rites. Elles seront exposées et commentées dans trois langues », continue la danseuse.

Un  spectacle avant tout

Mais Rongo et Salampy est d’abord un spectacle. Le CCAC accueille le show demain dans la soirée, avec comme concept une innovation qui met à contribution le hall et la salle de spectacle. Durant l’accueil des invités, Ben, styliste, présentera une performance à mi-chemin entre ses créations et les  tresses suivant les traditions. « Je lui ai parlé du concept, et on est tout de suite tombé d’accord sur le principe. En fait, il réalisera une coiffure traditionnelle mais modernisée. Il faut le voir pour l’apprécier ». Ce défilé de mode et cette performance seront le prélude à un vrai show où danse et musique font bon ménage. D’autres artistes la rejoindront sur scène tels que Bakomanga, Bakidy Gegette, Soameva, Sana, toutes coiffées de tresses typiques de leur région d’origine.
Ce spectacle sera ensuite repris, samedi prochain, au jardin d’Andohalo où chacun pourra apprécier le spectacle en toute quiétude.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° 7872 du 03-07-2009