Madagascar sera bel et bien représenté au Festival culturel panafricain. Cette grande rencontre aura lieu en Algérie du 5 au 21 juillet, avec 48 pays au rendez-vous.

Avec 48 pays représentés sur les 53 membres de l’Union africaine, le Festival panafricain d’Alger est certainement le plus grand et le plus important rendez-vous culturel du continent Noir.
La capitale de l’Algérie hébergera du 5 au 21 juillet la seconde édition de l’événement. Le menu sera diversifié, allant de la musique à la littérature, en passant par la danse, l’art plastique, le théâtre, le cinéma, etc.
Pour Madagascar, quelques artistes figurent dans la liste des représentants. Dans le domaine de la musique, citons Bakomanga, l’icône féminine de la musique folklorique des Hauts-plateaux, ainsi que le groupe Tinondia, un représentant de rang du Sud.
40 ans après
Pour l’art plastique, le sculpteur Rabemananjara et le peintre Gaston Randriankotoarijaona seront du voyage. «La sélection a été effectuée par le ministère de la Culture», précise-t-on du côté de l’ambassade d’Algérie à Madagascar.
La délégation malgache quittera la capitale ce soir. Un spectacle grandiose est prévu pour la cérémonie d’ouverture, le 5 juillet à 19 heures, au complexe sportif Mohamed Boudiaf à Alger. Il est conçu par le chorégraphe franco-algérien Kamel Ouali, célèbre pour ses comédies musicales à succès, telle «Le roi soleil».
Quelque 350 danseurs et chanteurs animeront la scène inaugurale. Des artistes de renom de la musique et de l’art africains en général y seront reçus comme invités d’honneur. Y figureront, entre autres, les Algériens Warda et Amazigh Kateb, le Sénégalais Youss N’dour, la Cap-Verdienne Cesaria Evora et l’actrice française d’origine algérienne Isabelle Adjani.
«Ressuscité» 40 ans après la première édition de 1969, sous le thème de «Révolution», le Festival panafricain d’Alger 2009 se déroulera sous le thème «La Renaissance de l’Afrique». Le sensationel sera certainement au rendez-vous.
«Lucy», la plus ancienne squelette, âgée de 3,2 millions d’années, sera mise en vedette à travers l’exposition au musée de Bardo, durant le festival. Elle a été découverte en Ethiopie en 1974, et surnommée par les scientifiques «la mère de l’Humanité».

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4347 du 01-07-2009