Dans le cadre du 49è anniversaire de l’indépendance, une exposition de trois jours est organisée. Elle met en exergue le sens et la signification des couleurs malgaches.
Le drapeau national, blanc-rouge-vert, bénéficiera d’une attention particulière à la Bibliothèque nationale Ampefiloha. Du mercredi du 24 juin au vendredi 26 juin, une exposition toute entière, intitulée « Saina : Lovantsaina Mampisaina – Drapeau et Patrimoine » (Drapeau: héritage culturel à méditer), lui est consacrée.
L’événement est organisé dans le but d’éduquer et de conscientiser le peuple de l’importance du drapeau. « Actuellement, et surtout à cause de la conjonction politique actuelle, certaines personnes incitent d’autres à ne pas hisser le drapeau, à le nier », explique Tsilavina Razafinjatovo, directeur des relations extérieures et de la communication au sein de l’Office national des arts et de la culture (OFNAC).
Fierté nationale
« Il représente, en fait, toute la Nation, ainsi que la souveraineté de l’Etat. Ce n’est pas un simple bout d’étoffe », souligne-t-il.
Pour ce faire, l’OFNAC a prévu de présenter à Ampefiloha le drapeau malgache actuel et les autres propositions lors du concours de sélection de la bannière nationale en 1958. De même, un drapeau original du temps de Radama I, ainsi que les emblèmes des ethnies du temps d’avant-colonisation y seront exposés.
Les lettres de reconnaissance adressées à l’Etat malgache par la Grande Bretagne, les Etats-Unis, l’Allemagne, le Japon, l’Inde, la France et le Vatican en 1960 seront mises à la connaissance du public.
La cible de cette exposition est très large. «Nous avons envoyé des invitations aux différents responsables des centres culturels comme le Centre culturel Albert Camus, le Cercle germeno-malagasy, et l’Alliance française de Tananarive », précise Tsilavina Razafinjatovo.
« Même s’ils sont des étrangers, nous les avons invités pour leur montrer que nous avons de quoi à être fiers », continue-t-il.
En fait, les jeunes constituent les principales cibles de l’exposition. «Ils doivent savoir respecter leurs couleurs nationales», conclue le responsable à l’OFNAC.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4342 du 24-06-2009