L’Itasy est une région agricole par excellence. Avec ses 51 lacs, dont le célèbre Lac Itasy, cette région est aussi réputée pour ses richesses halieutiques.
Le lac Itasy, l’une des principales attractions touristiques d’Ampefy, une localité située à 110 km d’Antananarivo, a perdu 15 à 20% de sa superficie, apprend-on lors d’une visite menée par l’Ambassadeur de France, SEM. Jean Marc Chataigner, accompagné du délégué régional aux Affaires Européennes et Internationales de la Région Aquitaine, Laurent Rey Lescure, ainsi que d’autres collaborateurs dans cette partie de l’île. Des responsables locaux indiquent que le lac est fortement menacé en ce moment parce que les jacinthes d’eau sont en train d’envahir une bonne partie de celui-ci. Les exploitations agricoles, notamment rizicoles, effectuées sur les rives du lac ne peuvent qu’accentuer la situation. Le Chef de région de l’Itasy, Andriamalalavonjy Solomanoro, a confirmé que les jacinthes d’eau envahissent progressivement les surfaces du lac, qui, rappelons-le, s’étend sur une superficie de 3 800 ha. Celui-ci serait également devenu de moins en moins profond à cause des sédiments provenant de l’érosion des collines.  

Parasites 

Mais le problème du lac ne se limite pas aux seules jacinthes d’eau. En effet, Alain Rajaona, un consultant en tourisme travaillant sur cette zone, révèle également que le lac de l’Itasy, la principale source de revenus pour un grand nombre de familles de cette localité, grâce à ses produits halieutiques, souffre d’une très forte pression de pêche. Faut-il noter que la pêche a toujours fait la réputation de cette région. Ce technicien note que localement, il n’y a pas moyen de contrôler la quantité de poissons puisée journalièrement dans ces eaux mais ce qui est sûr, c’est que le lac n’est plus aussi poissonneux qu’avant. 
Cette diminution des richesses halieutiques de l’Itasy a favorisé, selon toujours nos informations, le développement de parasites, dont la bilharziose dans les eaux du lac. Une situation qui n’a pas laissé indifférent l’Ambassadeur de France, SEM. Jean Marc Chataigner. Le diplomate avait affirmé qu’il faut trouver un moyen de résoudre les problèmes de ce site qui est doté d’une très forte potentialité touristique. Le consultant Alain Rajaona suggère par ailleurs que l’on entreprenne une régénération de la population de poisson dans le lac de l’Itasy pour lutter en partie contre les bilharzioses.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7856 du 13 juin 2009