La saison bat déjà son plein. Depuis environ trois semaines, les cabinets médicaux habitués de cette petite chirurgie ne désemplissent pas. Dès l’aube, des garçonnets en « malabary », un peu craintifs, accompagnés d’un certain nombre d’hommes de leurs familles, se succèdent pour être circoncis. L’opération coûte au minimum Ar 20.000 aux parents. Somme que nombreux d’entre eux ne peuvent pas payer, d’où le grand succès des opérations de circoncision de masse proposées par les associations caritatives et autres organismes de bienfaisance. Les garçonnets, pour la plupart issus de familles défavorisées, sont circoncis gratuitement et reçoivent des friandises et des jouets après l’opération. Celle-ci se fait généralement dans une grande salle où une équipe de médecins et d’infirmiers, bénévoles ou payés par les associations organisatrices de la circoncision de masse, opèrent « à la chaîne ». Chaque opération dure environ 5mn.

A l’américaine ou à l’ancienne. Les méthodes adoptées varient d’un médecin à l’autre. La circoncision « à l’américaine » semble enregistrer énormément de succès. Cette méthode a le mérite de causer moins de contraintes et assure une cicatrisation rapide.
Il n’empêche, de nombreux parents choisissent encore la circoncision à l’ancienne, avec toutefois, beaucoup moins de rituels. Seule l’ingestion du prépuce (accompagné d’un morceau de banane !) par le grand-père du garçonnet après la circoncision, reste encore très suivie de nos jours. Les garçons quant à eux, auront vite oublié les pleurs et la crainte du bistouri. Petites voitures dans une main, ballon dans l’autre, ils se mettront à jouer au bout de quelques instants…

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7854 du 11 juin 2009