« Le Sud de Madagascar est souvent présenté comme le pays du Kere, de la famine et de la sécheresse. Ce n’est pas toujours vrai. Cette partie de l’île a sa beauté. Elle regorge également de richesses naturelles », affirme Jean Philippe Jarry, coordonnateur du programme sud de Care. C’est justement pour défaire cette image négative du Sud que cet organisme international organise le « Raid Solidaire pour l’Anosy », du 22 au 24 mai prochain. Cette manifestation vise principalement à promouvoir cette zone méconnue qu’est l’Anosy à travers une marche à pied de 128 km, partant de la commune de l’Esira pour rejoindre Manantenina.

Région montagneuse

Au cours de cette traversée de trois jours, les participants à ce raid sportif auront l’occasion de découvrir un paysage merveilleux. « Le climat et le relief évoluent au fur et à mesure qu’on parcourt cette itinéraire totalement différent du circuit touristique habituel. Les marcheurs partent d’une zone sèche dans une commune isolée de l’Anosy. Ils escaladent la région montagneuse de Beampingaratra, pour arriver sur la plaine littorale de Manantenina, en passant par les zones de grande déforestation de Torondrehy », indique ce coordonnateur de Care.

Musique et lutte traditionnelles

Mais cette aventure ne sera pas seulement touristique. Elle est surtout humanitaire puisque la rencontre avec les populations et leurs cultures traditionnelles sera également privilégiée lors de cette marche à pied. En outre, les raideurs auront en même temps l’opportunité de faire connaissance avec les activités de Care dans cette région du pays.

« Les villageois sont étroitement associés à l’organisation de cette expédition. Des concours de musique et de lutte traditionnelles (ringabe)  seront au rendez-vous à chaque campement. Les femmes des villages préparent la nourriture des marcheurs selon les recettes de la région », souligne Jean Philippe Jarry.

Image positive

Près de 85 participants, composés à 50% d’étrangers de toute nationalité sont, jusqu’à présent, partants pour ce raid de découverte et de solidarité. «L’opération n’a aucun but lucratif. La participation financière de 360 000 ariary par marcheur sert tout juste à couvrir les frais logistiques du raid. Les fonds excédentaires éventuellement collectés alimenteront directement les programmes humanitaires menés par Care dans cette zone », précise Jean Philippe Jarry, qui – à la veille de son départ de Madagascar après plus d’une dizaine d’années dans le pays, dont près de 5 ans dans le Sud -, aimerait bien partager et faire découvrir aux uns et autres, l’image positive et merveilleuse du Sud, autre que la sécheresse, la famine et le kere.

 

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7833 du 15 mai 2009