Les boulangers se plaignent. Le prix de la farine, leur principale matière première, n’a cessé d’augmenter depuis le début de l’année. Avant la crise, ce produit de première nécessité s’achetait à 58 000 Ar le sac de 50kg, soit 1 160 Ar./kg. Au moment de la crise, la farine faisait défaut sur les marchés, entraînant la fermeture d’une trentaine de boulangeries dans la capitale faute de disponibilité de stocks. Et maintenant, de la farine importée est écoulée sur les marchés. Mais le prix s’affiche entre 74 000Ar et 80 000 Ar le sac de 50kg, selon l’origine du produit, soit de la  Turquie, de Maurice ou de France. Le kilo s’acquiert ainsi entre 1 480Ar et 1 600 Ar contre 1 300 Ar, il y a quelques semaines. La dévaluation de la monnaie nationale par rapport au dollar avec un glissement de l’ordre de 10% depuis ces derniers temps en est la principale raison, a-t-on évoqué. Par ailleurs, les boulangers ont du mal à reprendre leurs activités en vendant le pain à 200 Ar avec un poids de 115g, faute de rentabilité. Certains d’entre eux ont pu produire de nouveau car le prix du pain ne leur est plus imposé, d’après leurs dires. Du coup, le pain à 300 Ar pesant 165g est toujours disponible sur les marchés. Notons qu’en province, ce produit s’achète à 400 Ar l’unité. 

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7830 du 12 mai 2009